Retro 2018 : Aperçu sur les arts plastiques, la littérature, la production musicale et le devoir de mémoire

Mercredi 2 Janvier 2019 - 18:26

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

L’année 2018 a été marquée, sur le plan culturel, par la tenue de plusieurs activités dont les expositions des œuvres picturales, la littérature, la production musicale et le colloque. Retour sur les temps forts.

Brazzaville a abrité de nombreuses expositions d’arts plastiques. Au nombre de celles-ci, le « Projet H2K20 » pour lequel les visiteurs ont découvert les merveilles de l’artisanat africain, du 16 au 24 décembre,  aux Tours jumelles, sous les auspices de Jean-Louis Menann-Kouame, directeur général de Bicici (RCI), groupe BNP-Paribas, qui avait à ses côtés l’ambassadeur de France au Congo, Bertrand Cochery.

Placée sur le thème « Panafricain et pas qu’africain », cette exposition a été organisée par la plate-forme H2K20, avec la participation exceptionnelle du peintre congolais Frédéric Trigo Piula. Le projet H2K20 est initié par l’artiste Raliatou Tamsir Niane Cochery, qui s'est associée aux ateliers Sahm pour une dynamique d’ateliers artistiques et de laboratoires de réflexion sur cette Afrique du XXIe siècle.

L'initiative a été lancée l'année dernière par le président français, Emmanuel Macron. C’est un projet multidimensionnel qui permet de fédérer des énergies positives diverses autour du même objectif. Avec son troisième volet "Afrique, cœur des lumières", ce projet qui chante l'humanité entend construire des réflexions autour de différentes thématiques telles que les sociétés africaines d’aujourd’hui, la valorisation du capital culturel du continent, les économies africaines et leurs acteurs, etc. 

Une galerie en hommage à Tatiana Tsolo

Décédée en février 2016 à l’âge de 39 ans, Tatiana Tsolo, artiste-peintre, a été formée à l’École de peinture de Poto-Poto. Pour lui rendre un hommage mérité, le ministère de la Culture et des arts, à travers sa direction générale des Arts et des lettres, a ouvert, le 18 décembre, une galerie qui porte son nom. Une exposition vente a été ouverte à cette occasion par le ministre d’Etat, ministre de l’Agriculture, de l’élevage et de la pêche, Henri Djombo.

"La bande-son de mai 68" et "Jean et Jane Rouch" vécues à l’IFC

L'exposition musicale a été organisée, le 23 mai, à l’Institut français du Congo (IFC) de Brazzaville, dans le cadre du cinquantième anniversaire de "Mai 68". C’est une bande qui s’écoute plus qu’elle ne se voit.

Composée de quatre-vingt-dix chansons, l’exposition « La bande-son de mai 68 », ce sont toutes les choses qui ont compté à l’époque, en 1968, et qu’on a présentées avec quatre points d’écoute. C’est cette musique qui a constitué le cœur de cette exposition visuelle et sonore, dans un parcours ludique évoquant un appartement de l’époque et la famille qui l'occupe (les parents, le frère, la sœur) pour découvrir ou redécouvrir, à travers leurs chansons préférées, l’air du temps de leur quotidien. Ce voyage dans le passé se complète d’un coin TV présentant des documentaires et témoignages.

Présentée par Fifi Tamsir Niane Cochery, l’exposition « Boulevard d’Afrique, Boulevard Jane et Jean Rouch » a été organisée à Brazzaville, dans le cadre du centenaire pour rendre hommage à l'illustre réalisateur français et à son épouse. Elle a été suivie de la pièce de théâtre "Bac ou mariage", écrite par Fifi Tamsir Niane Cochery et mise en scène par Bill Kouélany, directrice des Ateliers Sahm.

L’Association des femmes plasticiennes du Congo, présidée par Ledy Kouboukoubou, a marqué également l’année 2018 à travers des expositions des œuvres picturales au musée galerie du Bassin du Congo, du 4 mai au 4 juillet, sur le thème « L’évolution de la femme africaine au cours du temps » et au Centre culturel russe du 20 octobre au 7 novembre.

Marcel Gotène remis en scène

L’autre temps fort courant 2018 a été le plus bel hommage rendu à l’enfant de Yaba, Marcel Gotène, cinq ans après sa mort, à travers une exposition intitulée « Gotène au cœur du cosmos », ouverte le 19 février 2018 par le président de la République, Denis Sassou N’Guesso.  

C’est vrai que  l’artiste ne meurt jamais, il survit à travers ses œuvres. C’est le cas avec Marcel Gotène, dont l’exposition a rassemblé une série de gouaches sur papier cartonné qui ont marqué, de 1952 à 1953, la première période de l’artiste dans son aventure picturale à l’Ecole de peinture de Poto-Poto. Période caractérisée par des formes caricaturales appelées communément "mickey" dans une débauche de couleurs. L’exposition a été marquée également par la tenue d’un colloque sur l’œuvre de Marcel Gotène, le 20 février.

L’antiquaire Christian Sanga-Pamba est aussi l’un des artistes qui ont marqué l’année 2018. Il a été présent à plusieurs activités organisées à Brazzaville à travers l’exposition-vente d’arts africains « Afrika Bikeko ». La particularité de ces expositions est la description de chaque pièce antique exposée, notamment ses origines.

Bruno Okokana

Légendes et crédits photo : 

Photo 1 : Les œuvres exposées par les artistes Photo 2 : Visite de l’exposition de la galérie Tatiana Tsolo par les ministres Photo 3 : L’antiquaire Christian Sanga-Pamba et la directrice déléguée de l’IFC Marie Audigier

Notification: 

Non