Santé publique : les pharmaciens des deux Congo se réunissent à Pointe-Noire

Jeudi 14 Juin 2018 - 19:37

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Les premières journées mixtes des pharmaciens du Congo Brazzaville et de la République démocratique du Congo (RDC) se tiennent du 14 au 15 juin, sur le thème « Droit pharmaceutique, économie du médicament et santé publique ».

L'activité est un bon moment d’échange qui permet aux pharmaciens des deux pays de développer les connaissances et les techniques se rapportant non seulement à la pharmacie mais de façon générale à la santé. La cérémonie d’ouverture a été présidée par Florent Balandamio, directeur de cabinet de la ministre de la Santé et de la population. Pendant deux jours, ces professionnels vont faire le point des problèmes liés à la pratique de la pharmacie tout en proposant les approches de solution et de renforcer la dimension corporative de la profession.

Au cours de cette rencontre, plusieurs sujets sont débattus, parmi lesquels le droit pharmaceutique; la gestion licite et illicite des dépôts pharmaceutiques en République du Congo; la réflexion sur l’éthique et le droit autour de la thérapie génique; l’antibiothérapie, sa résistance et son coût; la contribution du pharmacien dans la prévention des patients prédisposés aux maladies cardio-vasculaires; la vente illicite des médicaments; la responsabilité du pharmacien dans la lutte contre la résistance aux antibiotiques; évolution et enjeux de la formation en biologie médicale au Congo.

En effet, le pharmacien est un acteur de santé publique qui est présent dans toute la chaîne du médicament partant de la fabrication jusqu’ à la dispensation. Il est là pour écouter, conseiller et orienter les patients pour une meilleur prise en charge. Malheureusement, ce dernier est souvent relégué au second plan dans le système de santé. Ces journées ont pour objectif de promouvoir l’importance du rôle des pharmaciens dans le système de santé auprès du grand public, des médias, des instances gouvernementales et des autres professions de santé. C’est également une opportunité pour ces pharmaciens d’entamer une collaboration mutuelle pour le bien-être de la population et de discuter des questions relatives à la mise en œuvre des fonctions règlementaires à l’élaboration d’une véritable loi pharmaceutique prenant en compte la résolution des défis majeurs liés notamment à la lutte contre les faux médicaments.

Dans son mot de circonstance, le Dr Ray Mankele, chargé du bureau de l’Organisation mondiale de la santé au Congo, a indiqué que pour la protection de la population, il était indispensable d’harmoniser les législations et les règlementations pharmaceutiques afin de s’assurer que le médicament acquis de l’autre côté de la rive peut être consommé sans aucune crainte sur l’autre rive. Il a ensuite exhorté les dirigeants des deux pays à faire preuve d’ingéniosité dans la formation des professionnels, d’une part, et dans l’utilisation de ceux qui sont disponibles afin de garantir le monopole pharmaceutique, d'autre part.

Notons que cette activité connaît la présence de Jean Charles Claude Ongoli, président de l’Ordre national des pharmaciens du Congo. La délégation de la RDC est conduite par Donatien Kabamb Kabey, directeur et chef des services à la direction de la pharmacie et des médicaments dans ce pays.

Hugues Prosper Mabonzo

Légendes et crédits photo : 

Une vue des participants/ Crédit photo Adiac

Notification: 

Non