Tchad : Jean-Yves Le Drian interpellé sur les frappes françaises

Mercredi 13 Février 2019 - 13:05

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le chef de la diplomatie française a été interrogé à l'Assemblée nationale, le 12 février, pour justifier l'intervention française à N'Djamena.

Jean-Yves Le Drian a expliqué que la France est intervenue au Tchad, le 3 février, à la demande écrite du président tchadien, Idriss Deby, pour empêcher un coup d'État dans ce pays. Deux Mirage 2000 français de l'opération Barkhane ont bombardé, pendant plusieurs jours, une colonne armée en provenance de la Libye voisine, pour éviter une ''déstabilisation'' du pays.

L'intervention serait donc "conforme au droit international'', a signifié le chef de la diplomatie française, qui a utilisé pour la première fois l'expression ''coup d'État''. "Il y a eu une attaque d’un groupe rebelle venu du sud libyen, qui est déstabilisé, pour prendre le pouvoir par les armes à N’Djamena, et le président Deby nous a demandé par écrit une intervention pour éviter ce coup d’État venu du sud libyen et pour protéger son propre pays "', s'est-il justifié. " Ceci est tout à fait conforme au droit international, le Premier ministre en a informé le président du Sénat et le président de l’Assemblée nationale ", a ajouté Jean-Yves Le Drian.

Un groupe rebelle basé en Libye, l'Union des forces de la résistance, est entré au Tchad fin janvier. À la demande du président Idriss Deby, la France a procédé à des frappes de Mirage 2000 contre leur colonne de véhicules.

Noël N'dong

Notification: 

Non