Zone Cémac : faciliter l’accès des PME au nouveau marché financier

Jeudi 7 Mars 2019 - 16:55

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

L’espace économique entend améliorer le financement des projets nationaux et des entreprises, avec la fusion des deux bourses des valeurs de Libreville et Douala. Le régulateur du marché financier régional séjourne à Brazzaville pour partager sa vision avec les autorités congolaises.

Depuis le 1er mars, la capitale économique du Cameroun (Douala) est devenue le seul pôle de concentration des activités boursières de la Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale (Cémac). La capitale gabonaise (Libreville) va abriter, quant à elle, le siège de la Commission de surveillance du marché financier de l’Afrique centrale (Cosumaf). Le compromis a été trouvé en octobre 2018, à N’Djamena (Tchad), à l’issue du sommet extraordinaire des chefs d’Etat de la Cémac, et a permis de mettre fin à une certaine concurrence que se livraient la Bourse des valeurs mobilières d’Afrique centrale et la Douala stock exchange.

La Cosumaf est l’unique régulateur et doit être proche des opérateurs. « Notre priorité est de faire connaître le marché financier et ses opportunités. Pour cela, nous sommes à la disposition des États et acteurs économiques pour les accompagner dans leurs opérations de levée de fonds », a lancé, le 6 mars à Brazzaville, son président, Nagoum Yamassoum, au sortir d’une entrevue avec le ministre des Finances et du budget, Calixte Nganongo.

La tournée sous-régionale du patron de la Cosumaf a pour but d’expliquer aux différentes autorités monétaires le bien-fondé du processus de fusion des bourses, y compris la manière dont les marchés financiers ont assuré la transition vers un régulateur unique.

« Le marché financier peut être une source extrêmement importante de levée de fonds pour les entreprises. Nous encourageons aussi les Etats membres de la Cémac à venir directement sur le marché financier pour souscrire, par exemple, aux emprunts obligataires, afin de financer leurs activités de développement », a exhorté Nagoum Yamassoum.

 

Fiacre Kombo

Légendes et crédits photo : 

Nagoum Yamassoum et Calixte Nganongo

Notification: 

Non