Les Dépêches de Brazzaville



Commémoration : les Kimbanguistes fêtent le 70e anniversaire de la mort de Simon Kimbangu


Le révérend Firmin Nkazi, personnel d’appoint au secrétariat exécutif national de l’Eglise kimbanguiste, qui a dit la messe placée sous l’autorité du révérend Sébastien Elion, représentant légal, deuxième suppléant chargé de la presse information kimbanguiste, président délégué du collège exécutif national par intérim, a souligné que lorsqu’ils disent la naissance du petit-fils, c’est par réflexion humaine, mais spirituellement parlant, il s’agit de Simon Kimbangu lui-même. Il a appuyé ses propos en disant qu’en 1951 lorsque Simon Kimbangu était en prison à Lubumbashi, il avait prédit à son fils (le benjamin) Diangenda Kutima son retour sur cette terre des hommes. Et le 12 octobre 1951, Simon Kimbangu Kiangani est né, le jour même de la mort de Simon Kimbangu et à 15h. « Comme c’est un homme, aussitôt nous avons cru que c’est lui-même qui était revenu au monde, puisqu’il nous l’avait dit, il devrait renaître et il est revenu. Et par les signes qu’il nous a montré, cela prouve que c’est lui qui est revenu au monde », a-t-il fait savoir.

Gilbert Mbemba, inspecteur au département, assurant l’intérim du président départemental, a exhorté dans le livre Mathieu 11 : 10. « Dans ce monde il y a ce qu’on appelle la réincarnation ». Il a démontré avec des témoignages à l’appui, à travers Simon Ngwissanu et Kikuaka, ainsi qu’avec des pièces bibliques, que le Saint-Esprit est à la personne de Simon Kimbangu.

Pour sa part, le révérend Sébastien Elion a indiqué que dans la cosmogonie kimbanguiste, il s’agit de la même personne qui meurt et la même personne qui renaît. « 70 ans c’est une transmutation, c’est une réincarnation, c’est la même personne, c’est le Saint-Esprit qui nous a été promis de rester éternellement avec nous comme il a été dit dans les Saintes écritures. Les autres ne le connaîtront pas mais nous le connaissons parce qu’il a été prédit pour nous. Dans l’écriture, il n’y a pas de hasard, que ça soit dans nos cantiques, dans des révélations, même dans les écritures, nous savons circonscrire l’événement et trouver les repères pour cet événement », a expliqué le révérend Sébastien Elion.

Il a signifié que les kimbanguistes, sachant que c’est un événement de haute portée spirituelle, se sont dirigés vers Nkamba pour célébrer, festoyer avec le chef spirituel. « Spirituellement, c’est un événement de haute portée. La fête a été belle, tout le monde a participé, chanté, loué le Seigneur. Tous ceux qui étaient présents ont reçu la prédication, les cantiques, les enseignements, les interventions des différentes personnes qui sont passées à la tribune et les informations nécessaires d’une portée spirituelle inédite. »

Né le 12 septembre 1887 à Nkamba, dans l’actuel Kongo central, et mort le 12 octobre 1951 dans la ville d’Elisabethville, Simon Kimbangu est considéré par ses fidèles comme un “envoyé spirituel” congolais. Il devient prédicateur dans les années 1920 et fonde en 1921 à Nkamba un mouvement religieux qui donnera naissance au kimbanguisme. Arrêté et jugé, il meurt après une longue détention d’une trentaine d’années.


Bruno Okokana et Brunel Thychique Lindolo

Légendes et crédits photo : 

Photo 1 : le révérend Sébastien Elion, président délégué du collège exécutif national par intérim (crédit photo/ Adiac) Photo 2 : Les kimbanguistes écoutant la prédication (crédit photo/ Adiac) Photo 3 : Une parade des kimbanguistes (crédit photo/ Adiac)