Les Dépêches de Brazzaville



Concours départemental d'art oratoire : Babah Adda Tandia remporte la première édition


Près de soixante-quatre candidats issus de dix-huit écoles ont pris part au concours lancé il y a six mois. A chaque étape de la compétition, un thème a été proposé aux candidats. Ceux-ci exposaient magistralement devant le public, le jury qui se prononçait à la fin sur la tenue sur scène, la maîtrise du thème, la gestuelle, l'expression orale, etc. 

Organisé par la plateforme International leading teachers group (ILTG), le concours d'art oratoire vise à donner des aptitudes et des automatismes aux élèves appelés à prendre la parole en public, en dominant la peur et le stress. La plateforme ILTG, dirigée par Benarez Moussayandi, est une association socio-culturelle et éducative composée essentiellement de jeunes congolais formés en Afrique du Sud. A travers des initiatives diverses dans le cadre éducatif et socio professionnel, elle offre des formations qualifiantes en hygiène sécurité environnement, logistique, pâtisserie, cuisine, etc. Elle s'assigne aussi comme objectif d'être au service de la population en général et des jeunes en particulier en leur proposant des formations en anglais, des compétences pour l'employabilité afin de contribuer à leur autonomisation et à leur réinsertion socio professionnelle, a dit le coordonnateur national de la plateforme. 

Pour la finale qui a eu lieu en présence de Philippe Mboumba Madiela, conseiller socio culturel du maire de la ville, parrain de l'évènement, et de plusieurs responsables administratifs et du système éducatif, les candidats ont exposé sur le thème " Comment remédier à la menace relative à l'environnement pour une condition de vie durable ". Ainsi, les deux finalistes ont développé chacune ce thème en quinze minutes en présentant l'environnement comme la victime de l'insouciance et de l'inconscience de l'homme, causant énormément du tort à la biodiversité. Les approches de solutions préconisées ne peuvent avoir du répondant que si l'homme, à la fois bourreau et victime de ses actions incontrôlées, peut par un sursaut moral décider de dire non à la dégradation de l'environnement en adoptant des réflexes en phase avec la préservation des écosystèmes, ont-elles tour à tour conclu. 

En toute impartialité, le jury a accordé son dévolu sur Babah Adda Tandia, devant Ferret Angelique Mariana qui n'a pas démérité. Les deux finalistes ont reçu des mains du conseiller socio culturel du maire les diplômes, médailles et trophées. Les demi-finalistes, Abraham Filankembo et Mercia Bahouminath ont été également congratulés. 

Remerciant les organisateurs pour la louable initiative et les primés pour leurs performances, Philippe Mboumba a convié l'assistance à un comportement éco-responsable.  

 

 


Hervé Brice Mampouya

Légendes et crédits photo : 

La photo de famille à la fin du concours d'art oratoire / Adiac