Les Dépêches de Brazzaville



Internet : se mettre à la « Page » en toute légalité


Privilégier le téléchargement au partage est un procédé qui prête effectivement à débat. L’objectif  du téléchargement et de sa republication  sur une nouvelle page est de créer un trafic quantitatif sur la page en question en optimisant à son avantage le nombre de vues lié à un contenu audiovisuel téléchargé sur le Net. Il n’est pas rare, en effet, de voir certaines de ces vidéos faire des milliers de vues, voire des dizaines de milliers, au détriment du propriétaire original.  Une pratique devenue courante qui permet, par ailleurs, selon l’éligibilité de la zone géographie de la page concernée, un accès à la monétisation des publications.  Ce qui est encore plus dommageable, pour ne pas dire malhonnête.

Par essence, une vidéo téléchargée est réservée à un usage d’ordre privé et familial. Dès lors qu’elle est mise à la disposition du public sans autorisation préalable de son auteur, sa publication vient à enfreindre les droits de la propriété intellectuelle. En conséquence Facebook recommande vivement aux Pages de créer leurs propres contenus : « Ne partagez pas un contenu qui ne vous appartient pas ou que vous n’avez pas le droit de partager. Vous pouvez publier un contenu sur Facebook à condition qu’il n’enfreigne pas les droits de propriété intellectuelle d’un tiers. Pour vous assurer que le contenu que vous publiez sur Facebook n’enfreint pas la législation relative aux droits d’auteur, le meilleur moyen consiste à publier uniquement du contenu dont vous êtes vous-même l’auteur. Vous pouvez également utiliser le contenu d’une autre personne sur Facebook si l’auteur vous a autorisé à le faire (par exemple, par le biais d’une licence) ou si vous savez que cet usage est conforme à l’usage équitable ou à toute autre forme d’exception légale au droit d’auteur ».

Ainsi résumé, et alors qu’il suffit de partager le lien d’une vidéo pour votre Page ou sur un compte personnel ce qui est, pour rappel, tout à fait légal donc, sachez que le  téléchargement d’une vidéo pour un usage public porte fortement préjudice à son auteur initial et enfreint de plein fouet les standards de la communauté Facebook.  Alors, on partage ?

 

 

 

 


Philippe Edouard

Légendes et crédits photo : 

Ne pas confondre partage et téléchargement