Les Dépêches de Brazzaville



Linafoot : un bloc de clubs boude la poursuite du championnat


Après la mobilisation de 299 000 dollars américains pour éponger la dette de Congo Airways, le championnat devait reprendre le 22 mai, mais repoussé au 29 mai sur demande de quelques clubs afin de mieux mettre en jambes leurs joueurs restés inactifs depuis plus de quatre-vingt-dix jours et pour d’autres raisons. En fait, les clubs sont même divisés sur cette reprise, un bloc souhaitant la poursuite et l’autre voulant simplement la fin du championnat.

Dans une correspondance du 19 mai adressée à la Fédération congolaise de football association (Fécofa), le Daring Club Motema Pembe (DCMP) rejetait l’idée de jouer une seule manche du championnat. « DCMP a constaté, comme tous les clubs de la Ligue 1 de notre championnat, que le gouvernement n’a pas mis à la disposition de la Ligue les moyens de déplacement qu’il avait promis pour la poursuite du championnat après treize journées. Sans prendre suffisamment du temps pour la relance après disponibilisation des fonds, le gouvernement avec la Ligue nous imposent un retour du championnat en ne nous accordant que neuf jours, chose inadmissible pour la physiologie des joueurs sachant qu’ils venaient de passer quatre-vingt-dix jours sans entraînements. Selon le nouveau calendrier de cette édition..., aucun de nos joueurs n’est physiquement au point et c’est clair parce que n’ayant repris les entraînements qu’il y a deux jours », a-t-on avancé du côté du club vert et blanc de Kinshasa. En conclusion, il a aindiqué: « De ce qui précède, il s’ajoute un autre fait. Pour un championnat censé se dérouler en deux phases (aller et retour), le gouvernement n’a sorti les fonds que pour terminer la manche aller sans aucune précision pour la manche retour. Ce qui laisse planer le doute sur le déroulement de la manche aller ».

Outre le DCMP, d’autres clubs ont exprimé leur refus de poursuivre le championnat, tels que la Jeunesse sportive de Kinshasa (JSK), Racing club de Kinshasa (RCK), Maniema union de Kindu, Dauphin noir de Goma, etc. Dans une autre correspondance à l’intention du président de la Commission de gestion de la Linafoot, la JSK a trouvé « inadmissible » de reprendre le championnat sous contrainte de cette instance et du gouvernement avec seulement neuf jours de préparation des joueurs après plus de trois mois d’inactivité. « Pour un championnat censé se dérouler en deux phases (aller-retour), le gouvernement n’a sorti les fonds que pour la manche aller sans aucune précision pour la manche retour. Ce qui laisse planer le doute sur le déroulement d’une manche retour, car le championnat ne pouvant dépasser le 30 juin pour les 219 matches. Ce qui ne servira à rien vu le règlement qui prévoyait les deux phases », a ajouté la JSK, 19e au classement, avec huit points pris sur dix-huit journées.

Les dirigeants du RCK, tout autant contre la reprise, indiquaient dans leur communication du 16 mai : « … Vous êtes sans ignorer que tous les clubs engagés à la 27e édition du championnat de la Linafoot ont été victimes de son arrêt inopiné pour des raisons que vous connaissez très bien. Et cela a engendré des conséquences néfastes pour des dirigeants que nous sommes, et aussi pour les joueurs que nous encadrons qui ont totalisé douze semaines d’inactivité. Nous les avons tous libérés pour des raisons financières, ne sachant exactement pas à quand le retour effectif du championnat. La Linafoot nous surprend du retour du championnat en ne nous accordant que neuf jours de préparation, chose désagréable pour la physiologie des joueurs étant donné que ces derniers ont été inactifs durant trois mois ». Le club d’Antoine Kiala, lanterne rouge du championnat, s’est donc rangé du côté de ceux ayant rejeté la poursuite du championnat. Et ce bloc semble s’agrandir. Si les instances du football reçoivent treize correspondances de refus, donc les deux tiers des clubs, l'on pourrait craindre que le championnat ne se poursuivre...


Martin Enyimo

Légendes et crédits photo : 

DCMP rejette la poursuite du championnat après un arrêt de plus de trois mois