Les Dépêches de Brazzaville



Vie des partis : Le MSD annonce la tenue prochaine de son Conseil national


« Je vais convoquer tous les conseillers y compris ceux qui sont à l’intérieur du pays et comme nous avons l’habitude de le faire, nous allons nous prononcer publiquement s’il faut ou non demeurer à l’IDC », a dit René Serge Blanchard Oba.

Dans une interview accordée aux Dépêches de Brazzaville, le 23 mars, le président du MSD est revenu sur les raisons qui l’ont amené à se retirer de cette plateforme.

« C’est un complot qui a été fait à l’IDC. J’ai convoqué un conseil national. Etant à Pointe-Noire ces derniers temps pour des raisons un peu particulières, je suis arrivé pour diriger le Conseil national. Je reçois mes documents, je lis, l’article 4 du règlement intérieur des travaux m’enlève l’autorité de gérer le Conseil. Ça voulait dire quoi ? ça voulait dire que ce n’est plus moi le président de l’IDC puisque le président c’est lui qui dirige le Conseil. Alors j’ai appelé la personne dont le nom a été mis dans le règlement intérieur pour présider le Conseil pour lui dire, c’est un complot  que vous avez fait », a-t-il ajouté.

Ne voulant pas créer les conditions qui détruiraient l’IDC, a-t-il, par ailleurs, laissé entendre, en raison de ces frères qui sont encore en prison, allusion faite à André Okombi Salissa et le général Jean-Marie Michel Mokoko, René Serge Blanchard Oba a dit préférer s’en aller et laisser à ses compagnons la possibilité de présider aux destinées de cette plateforme.

A la question de savoir s’il y a eu des antécédents à ce retrait, le président du MSD a simplement signifié qu’une organisation, quelle qu’elle soit, n’est pas une unicité de point de vue.

« Nous avons des approches qui peuvent être concordantes comme divergentes sur un point de vue donné. Il s’agit aujourd’hui de l’action ou de l’attitude à avoir pour libérer les frères qui sont en prison. Je pensais à l’initiative des autres frères et militants. Moi, Blanchard Oba, je suis un neveu du président de la République ; il a fallu que je fasse quelque chose pour la République parce qu’en essayant peut-être de parler à l’oreille de mon oncle, nous pourrions obtenir des changements importants pour le peuple congolais et il ne m’appartenait pas d’être radical. Le radicalisme ne m’apportera rien ; au contraire il construit des murs, et j’ai dit aux autres de changer de stratégie. Malheureusement, c’est le parti d’André Okombi Salissa qui a pensé que ma vision n’est pas bonne. Dans ce cas, au lieu de casser l’IDC, il vaut mieux que je me retire », a-t-il conclu.

 

 

 

 

 

 


Jean Jacques Koubemba

Légendes et crédits photo : 

René Serge Blanchard Oba