Les Dépêches de Brazzaville



Voiries urbaines : les pluies abîment les artères de la ville océane


Presque la quasi-totalité des anciennes artères et avenues de la capitale économique  sont détruites par les eaux pluviales. C'est le cas de la grande avenue qui part du stade omnisport de Pointe-Noire vers l’hôpital de Loandjili,  dans sa portion allant du rond-point Sympathique jusqu’au marché Mayaka.

Du premier arrondissement Emery-Patrice-Lumumba jusqu’au sixième Ngoyo, le spectacle est le même.  Le bitume s’ensable à cause des eaux des pluies qui ruissèlent sur la chaussée en causant des pattes d’éléphants et des nids de poules. Les portions des avenues allant du rond-point de la République jusqu’à la grande Mosquée et du quartier  Nkouikou jusqu’au foyer de Tié-Tié font grincer les dents aux chauffeurs des transports en commun. « Nous sommes obligés de rouler sans respecter le code de la route, car il faut éviter de s’embourber », s’est indigné un chauffeur de bus.

Notons que la nature du bitume employé dans l’opération de bouchage des nids de poule et des pattes d’éléphant sur certaines artères laisse à désirer. Quand il pleut, les nids de poules et les pattes d’éléphants réapparaissent.


Faustin Akono

Légendes et crédits photo : 

Des nids de poule bouchés sur une artère de la ville océane