Opinion

  • Éditorial

Archives

Jeudi 12 Juillet 2018 - 22:01

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Que la France s'engage au côté du Congo afin de préserver les documents de toute nature légués aux générations présentes et futures par la longue, très longue Histoire qui unit les deux nations n'a rien de très surprenant. Mais qu'elle le fasse de façon aussi claire, aussi précise que l'a démontrée la séance de travail dont nous avons rendu compte dans les colonnes de ce quotidien et qui a réuni, le 10 juillet, autour du ministre de la Culture, l'ambassadeur de France, la directrice générale du Patrimoine des archives de France ainsi que différents experts donne à ce mouvement une dimension particulière.

Il est évident, en effet, et depuis fort longtemps que le Congo en général, Brazzaville en particulier occupent une place très particulière dans l'histoire des relations pour le moins tumultueuses entre l'Europe et l'Afrique. La preuve nous en a été donnée à maintes reprises tout au long des deux derniers siècles, notamment lors de la Seconde Guerre mondiale qui opposa de façon dramatique les peuples du Vieux continent. Brazzaville, sacrée capitale de la France libre par le Général de Gaulle en 1940, et le retour des restes mortels de Pierre Savorgnan de Brazza en 2006 sont là pour en témoigner à jamais.

La preuve que les lignes bougent aujourd'hui à nouveau dans le bon sens est que nos deux pays s'engagent, de façon claire, dans le processus qui permettra de faire de Brazzaville l'un des hauts lieux de l'Histoire commune de l'Afrique, de l'Europe et de la France. Au-delà des gestes symboliques et des discours courtois qui caractérisaient jusqu'à présent cette proximité, la numérisation des archives relatant dans le détail les événements des siècles passés permettra d'éclairer les pages obscures de cette relation, de connaître le dessous des cartes, de cerner la réalité telle qu'elle a été vécue par les générations antérieures.

Il nous revient de différents côtés que le nouveau bâtiment en cours de construction dans l'enceinte du Mémorial où reposent Pierre Savorgnan de Brazza et les siens abritera demain les archives nationales du Congo. Si tel est bien le cas et si la numérisation des archives conservées au Congo comme en France se concrétise,  Brazzaville s'imposera à coup sûr dans les années à venir comme le haut lieu de la recherche historique pour l'ensemble de l'Afrique centrale et du Bassin du Congo. Convenons-en, ce n'est pas rien !

 

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 14/11/2018 | Responsabilités
▶ 13/11/2018 | Réécriture
▶ 12/11/2018 | Forum
▶ 9/11/2018 | Pivot
▶ 8/11/2018 | Que dire ?
▶ 6/11/2018 | Réparer ?
▶ 6/11/2018 | Itinérance
▶ 3/11/2018 | Calvaire
▶ 3/11/2018 | Bassin du Congo