Opinion

  • Éditorial

Balises

Mercredi 16 Octobre 2019 - 20:41

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Il n’est pas encore possible, aujourd’hui, de dire exactement à quoi va aboutir le tour d’horizon entrepris par le Conseil national du dialogue auprès des états-majors politiques congolais. On sait, en revanche, que les questions autour desquelles tournent les discussions entre les parties sont à peu près connues. Parce que certaines d’entre elles avaient déjà été évoquées à l’occasion des précédentes rencontres organisées dans le même but de minimiser les risques de crises qui surviennent très souvent au moment du renouvèlement des mandats électoraux.

La gouvernance électorale, entendue comme la manière dont se déroule la mise en œuvre du processus électoral, figure en bonne place dans l’ordre du jour des échanges. Pour ne pas donner l’impression de s’en tenir au seul fait électoral, les questions de gouvernance sont élargies à la gestion économique et au retour définitif de la paix dans le département du Pool. Pour dire que les interlocuteurs de l’institution de Martin Mberi (il en est le secrétaire permanent) ont un large éventail qui leur permet d’avoir une vue plus globale de la situation nationale dans la perspective du dialogue national appelé de ses vœux par la classe politique.

Ce que les partis politiques de l’opposition comme de la majorité devraient aussi prendre en ligne de compte est qu’ils ne seront peut-être pas les seules forces attendues à ce futur dialogue. Le Conseil préconise, en effet, outre les formations politiques, de rencontrer la société civile, cette autre « grande famille » au sein de laquelle les Congolais de divers horizons œuvrent à la promotion des valeurs autres que celles de la compétition pour le pouvoir d’Etat. Son apport dans les sujets plus sociaux, parmi lesquels la lutte contre la délinquance juvénile, le développement de l’arrière-pays, le soutien au petit entrepreneuriat paysan, peut être de nature à équilibrer les débats à venir.

Autant dire que dans cette démarche prospective, le Conseil national du dialogue joue aussi sa crédibilité. Après son installation, ces consultations ont valeur de test pour la place qu’il tient au sein des institutions de la République. Les balises qu’il pose le mettront en valeur si ses interlocuteurs lui facilitent la tâche.

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 14/11/2019 | Echéance
▶ 13/11/2019 | Migrations
▶ 11/11/2019 | Cauchemar
▶ 9/11/2019 | Services
▶ 8/11/2019 | Claque
▶ 7/11/2019 | Convergence
▶ 7/11/2019 | Survie
▶ 5/11/2019 | Enjeu
▶ 5/11/2019 | Gagnant-gagnant
▶ 2/11/2019 | Erosions