Opinion

  • Éditorial

Cancer

Mardi 7 Juillet 2020 - 17:57

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Le cancer dont il est ici question est celui qui ronge non seulement la Libye mais également l’immense région du Sahel, les eaux de la Méditerranée orientale et la région du Proche- Orient. Comme, hélas !, tout le laissait prévoir lorsque la France de Nicolas Sarkozy et le Royaume-Uni de David Cameron, appuyés en sous-main par les Etats-Unis, ont fait abattre le guide libyen Mouammar Kadhafi, il y aura bientôt neuf ans, la décomposition de l’Etat que celui-ci avait réussi à constituer a provoqué une crise que la communauté internationale dans son ensemble s’avère incapable de gérer. Et cette crise, dont nous ne vivons que les premiers instants, prendra à coup sûr dans les mois à venir une ampleur telle qu’elle s’inscrira dans l’Histoire comme l’une des plus graves des temps modernes.

Il suffit pour s’en convaincre de voir comment la Turquie et la Russie se disputent directement ou indirectement sur le terrain, comment la Turquie et la France se menacent mutuellement sur le plan militaire alors qu’elles font partie de l’Alliance Atlantique, comment l’Egypte et les Emirats arabes unis se dressent contre le Qatar, comment les Nations unies s’avèrent incapables de gérer cette crise, bref comment personne, sauf les Africains eux-mêmes, ne se soucie du sort des millions d’hommes, de femmes, d’enfants qui sont les victimes innocentes de cette tragédie.

 

La nature est là pour démontrer que le cancer porte en lui la mort inéluctable de l’être humain dès lors qu’il n’est pas combattu avec les moyens nécessaires. Or ce à quoi nous assistons actuellement en Libye n’est pas autre chose que le refus des puissants de ce monde d’écouter les avertissements que ne cessent de lancer les peuples directement concernés par la maladie qui se propage désormais dans cette partie du monde. Refusant de regarder la vérité en face, ils laissent proliférer sur ce terrain les trafics en tout genre – êtres humains, drogues, armements et autres – qui tôt ou tard provoqueront de grands troubles sur leur propre sol. Un aveuglement dont le pire ne peut que sortir à plus ou moins brève échéance.

 

Quitte à se répéter une fois encore, concluons ce qui précède en disant que seuls les Africains parviendront à guérir cette partie de leur continent. Et qu’il importe donc au plus haut point d’appuyer enfin fermement les actions engagées par le Comité de haut niveau de l’Union africaine pour soigner le cancer qui se propage.

 

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 11/8/2020 | Vaccin
▶ 10/8/2020 | Unité
▶ 7/8/2020 | Aptitudes
▶ 6/8/2020 | Drame
▶ 5/8/2020 | Transport en commun
▶ 4/8/2020 | Opposition
▶ 3/8/2020 | Attention !
▶ 1/8/2020 | Liste
▶ 30/7/2020 | Protéger les clients