Opinion

  • Éditorial

Casse-tête ?

Samedi 4 Juillet 2020 - 17:49

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


A deux ans de la fin de son mandat, Emmanuel Macron s’est séparé d’Edouard Philippe, son Premier ministre démissionnaire, et lui a trouvé un remplaçant en la personne de Jean Castex. Autant le sortant avait réussi à créer avec le chef de l’Etat une sorte de couplé gagnant devant les nombreuses batailles que les deux ont livré ensemble les trois dernières années, autant l’entrant est attendu sur la poursuite des chantiers laissés par son prédécesseur en y apportant sa propre touche.

Les médias de l’Hexagone ont largement commenté le choix du chef de l’Etat. L’on retient qu’avant même que Jean Castex ne délivre son discours de politique générale devant le Parlement, deux opinions s’affrontent. L’une, en sa faveur, le peint comme un homme de terrain proche des Français, qui a aussi la réputation, au moins jusque-là, de ne pas lorgner vers l’Elysée et donc ne fera pas de l’ombre au président de la République. L’autre, à son discrédit, ne le croit pas en mesure d’incarner l’espoir de voir la France s’attaquer avec succès aux défis qui le guettent.

Il est certain que les critiques de ce type s’enchaîneront davantage quand sera rendue publique l’équipe du nouveau Premier ministre. Il faut dire que les opinions reprises plus haut sont représentatives du clivage droite-gauche de la société française. Selon l’attribution des portefeuilles ministériels, la gauche verra si le président qui Marche ! en cooptant dans tous les camps met le cap vers elle ; la droite observera si, au contraire, c’est à son avantage que se poursuit l’expérience lancée par le successeur de François Hollande en 2017.

Ce qu’il faut aussi ne pas laisser de côté dans les annonces attendues, c’est que les deux années qui restent vont encore être difficiles pour le président français. Aux effets déstabilisateurs de la crise sanitaire de Covid-19 qui frappent tous les pays mais dont chacun à ses impératifs, pour la France le chef de l’Etat devra additionner ses engagements européens et africains. Sur l’Afrique, hormis la coopération traditionnelle, le dossier brûlant est celui de la guerre contre le terrorisme dans la région sahélo-saharienne qu’il a encore visitée la semaine passée.

Si on ajoute à ce qui précède l’échéance présidentielle à venir et un certain remue-ménage qu’un tel rendez-vous provoque toujours au sein même de sa propre famille politique, il y a lieu de croire à un véritable casse-tête pour le locataire de l’Elysée. Peut-être donc que Jean Castex, son nouveau chef du gouvernement, lui apportera le soutien nécessaire pour continuer son action avec le courage et l’énergie qu’on lui connait.

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 11/8/2020 | Vaccin
▶ 10/8/2020 | Unité
▶ 7/8/2020 | Aptitudes
▶ 6/8/2020 | Drame
▶ 5/8/2020 | Transport en commun
▶ 4/8/2020 | Opposition
▶ 3/8/2020 | Attention !
▶ 1/8/2020 | Liste
▶ 30/7/2020 | Protéger les clients