Opinion

  • Éditorial

Dérives

Vendredi 13 Décembre 2019 - 11:54

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


S’il fallait une preuve que l’homme moderne, ou plutôt les Etats modernes, notamment les plus riches, sont incapables de prendre la juste mesure des dangers qu’ils font courir à l’humanité, les deux chiffres suivants sont là pour le démontrer de façon accablante :

° Le premier est celui du volume total de la dette publique qui atteint le chiffre proprement incroyable de 250 000 milliards de dollars. Vous avez bien lu : deux cent cinquante mille milliards de dollars !

° Le second est celui du chiffre d’affaires engrangé cette année par les cent plus gros producteurs d’armement de la planète qui atteint 379 milliards d’euros. Vous avez bien lu : trois cent soixante-dix-neuf milliards d’euros !

Rendus publics ces dernières semaines par des institutions internationales dont personne ne conteste l’objectivité, ces montants confirment que les grandes puissances, qui sont largement responsables de ces dérives, ne se préoccupent que de leur propre intérêt financier ou stratégique. Obsédées par la défense de leur territoire et de leur économie, elles ne prennent pas en considération les problèmes auxquels la communauté mondiale se trouve aujourd’hui confrontée, s’endettent au-delà du raisonnable pour affirmer leur prééminence, se lancent dans une course aux armements qui ne peut que mal finir, ne prennent pas la juste mesure des effets inévitables du dérèglement climatique, ne participent en rien ou presque à l’émergence des pays en développement.

Si rien n’est fait rapidement pour ouvrir les yeux de leurs dirigeants, l’on peut être certain que des crises de grande ampleur se produiront : sur le plan militaire, d’abord, avec des affrontements dont les tensions qui se multiplient au Proche et au Moyen-Orient donnent dès à présent une idée précise ; sur le plan financier, ensuite, avec la faillite d’Etats réputés riches qui s’avèreront incapables de régler leurs dettes intérieures et extérieures, s’enfonçant dans des troubles semblables à ceux qui générèrent dans le passé nombre de révolutions.

Dans ce contexte pour le moins inquiétant, il est clair qu’une réforme de la gouvernance mondiale devient aussi nécessaire qu’urgente.

 

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 25/1/2020 | Bourbier
▶ 23/1/2020 | Prétextes
▶ 23/1/2020 | Fondation
▶ 22/1/2020 | Ingérences
▶ 21/1/2020 | Davos !
▶ 21/1/2020 | Hommage
▶ 19/1/2020 | Faux !
▶ 18/1/2020 | Retours
▶ 14/1/2020 | Evidence
▶ 14/1/2020 | Catastrophe