Opinion

  • Éditorial

Disponibilité

Mercredi 12 Février 2020 - 20:23

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Addis-Abeba, Alger, Pretoria, Brazzaville ou ailleurs, dans une ville africaine choisie pour la circonstance, la problématique d’une conférence de réconciliation des parties libyennes a intégré les agendas des dirigeants africains. Surtout depuis la réunion organisée dans la capitale congolaise, le 30 janvier, à la suite du sommet de Berlin deux semaines plus tôt, et enfin depuis la clôture il y a quelques jours de la conférence des chefs d'État de l'Union africaine en Éthiopie.

Dès lors en effet que l'Afrique, disposée depuis toujours à accueillir les pourparlers inter-libyens a fini par se faire comprendre par ses partenaires extérieurs, la question ne se pose plus en termes d'opportunité de telles assises. Elle tient désormais à la nature du soutien que ces partenaires voudront bien apporter au continent et tout particulièrement au Comité de haut niveau sur la crise libyenne. Avec les moyens du bord, cette instance a multiplié des rencontres au cours desquelles elle n’a cessé de plaider la fin de la guerre par le dialogue. Lequel dialogue devra réunir toutes les composantes de la société libyenne sans discrimination.

Est-il encore opportun de le rappeler ? Présent dans la capitale éthiopienne, le secrétaire général de l'Onu, Antonio Guterres, ne s’est pas encombré de formules diplomatiques pour situer la responsabilité des puissances extérieures dans la violation de l'embargo sur les armes, décrétée par son organisation ; et dans une large mesure la responsabilité de ces dernières dans le prolongement des souffrances du peuple libyen.

Il n’est un secret pour personne que ces puissances sont souvent identifiées comme constituant le pôle d'influence de ce qu'on appelle la communauté internationale. Le temps est venu- c’est ce que nous avons écrit ici-même, hier, et répéterons aujourd’hui et demain- qu'elle montre sa disponibilité à accompagner l'initiative portée par l'Union africaine sur la paix en Libye.

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 24/2/2020 | Coronavirus
▶ 22/2/2020 | Jeunesse
▶ 20/2/2020 | Tentation
▶ 20/2/2020 | Petits métiers
▶ 19/2/2020 | L'offre
▶ 19/2/2020 | Dette
▶ 17/2/2020 | Faire valoir
▶ 15/2/2020 | Terroir
▶ 13/2/2020 | 14 février !
▶ 13/2/2020 | Global tricherie