Opinion

  • Éditorial

Et Brazzaville …

Jeudi 2 Juillet 2020 - 18:36

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


S’il n’est pas question de réécrire l’Histoire, la Grande Histoire et encore moins de la réinventer dans le but d’en tirer un quelconque bénéfice il l’est, en revanche, de rappeler avec précision, avec minutie, les évènements qui l’ont marquée tout au long des derniers siècles. D’abord, bien sûr, parce qu’ils expliquent l’état réel du monde dans lequel nous vivons et donc pour une large, très large part, la nature des problèmes que nos générations comme les générations à venir doivent ou devront résoudre. Ensuite, de façon toute aussi certaine, parce qu’ils précisent les responsabilités présentes que des nations, des peuples doivent prendre en compte dans les rapports qu’ils entretiennent avec d’autres nations, d’autres peuples à la surface du globe.

Prenons le cas, pour illustrer ce propos, des évènements historiques dont la commémoration marquera les quatre années à venir chez nous, en Afrique comme partout ailleurs dans le monde. Autrement dit les faits qui se sont déroulés de 1940 à 1944 lors de la Deuxième Guerre mondiale et qui ont marqué l’Histoire moderne d’un sceau indélébile puisqu’ils ont créé le cadre dans lequel vit aujourd’hui encore la communauté humaine.

S’il est vrai, en effet, que les Etats-Unis, la Russie, le Royaume-Uni, la France libre et d’autres Etats de moindre importance ont joué un rôle clé dans la défaite de l’Allemagne nazie, de l’Italie mussolinienne, du Japon de l’empereur Hiro Hito et de leurs alliés plus ou moins contraints il l’est tout autant, sinon même plus, que sans l’aide des nations comme les nôtres ces mêmes puissances n’auraient peut-être pas, et même sans doute pas,  réussi à relever le défi mortel qui leur était lancé depuis la Vieille Europe. D’où le devoir qui s’impose à nous aujourd’hui, dans le temps où les cartes se rebattent sur la table de la gouvernance mondiale, de profiter des commémorations qui ont débuté avec force ces dernières semaines en France et en Angleterre pour rappeler ce que l’humanité nous doit.

Faisons donc en sorte que la commémoration de la venue du général de Gaulle à Brazzaville il y a quatre-vingt ans, le 24 octobre 1940 précisément, rappelle de façon claire le rôle que l’Afrique, notre Afrique, a joué dans la quête de la paix, de la liberté, du respect de l’autre qui sont devenus les fondements du monde dans lequel nous vivons aujourd’hui.

 

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 5/8/2020 | Transport en commun
▶ 4/8/2020 | Opposition
▶ 3/8/2020 | Attention !
▶ 1/8/2020 | Liste
▶ 30/7/2020 | Protéger les clients
▶ 30/7/2020 | Mémoire
▶ 29/7/2020 | Trafic aérien
▶ 29/7/2020 | Grâce
▶ 27/7/2020 | Etat d’urgence
▶ 25/7/2020 | Santé publique