Opinion

  • Éditorial

Gagnant-gagnant

Mardi 5 Novembre 2019 - 10:38

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Dans l’accord que la République du Congo a conclu avec le Fonds monétaire international (FMI), il y a quelques semaines, figure en bonne place la négociation d’une entente avec les « traders », autrement dit les puissantes entreprises qui vendent sur le marché mondial l’essentiel des hydrocarbures extraits de nos gisements onshore et offshore. Peu nombreuses mais très influentes à l’échelle internationale, ces compagnies ont accumulé ces dix dernières années d’importantes créances qui ont accru fortement la dette de notre pays, ce qui en fait aujourd’hui des partenaires incontournables de la mise en œuvre du plan de redressement financier négocié avec le FMI.

D’où l’attention croissante que la communauté internationale porte sur les discussions à venir avec les « traders » dont la conclusion permettra au Congo de sortir enfin de l’impasse économique, financière, sociale dans laquelle il s’est trouvé plongé lorsque les cours de l’ « or noir » se sont effondrés sur les marchés mondiaux. D’où également la nervosité qui gagne aujourd’hui tout à la fois les autorités congolaises et les entreprises concernées du fait de l’importance de l’enjeu que représente la concrétisation des engagements pris par notre pays, puisque de celle-ci dépend le déblocage effectif des aides promises par la communauté internationale.

Il ne nous appartient pas d’anticiper sur l’issue des discussions qui vont s’engager entre l’Etat congolais et les « traders » mais il n’est pas inutile, dans ce moment très particulier, de rappeler que les deux parties ont tout à gagner à la conclusion d’un accord rapide sur cette affaire très stratégique. L’Etat, bien sûr, car il résoudra, ce faisant, le problème apparemment insoluble de l’énorme dette qu’il a accumulée, mais les « traders » également qui aideront le Congo à sortir de l’impasse dans laquelle celui-ci se trouve enfermé et qui, de ce fait, seront bien placés pour affirmer leur présence sur le marché dans le moment même où la production de pétrole et de gaz du pays s’accroîtra fortement du fait de la mise en exploitation des nouveaux gisements que celui-ci détient.

Contrairement aux apparences, la négociation qui débute pourrait bien être, au final, une partie « gagnant-gagnant » dont les acteurs tireraient de grands bénéfices si elle est conduite dans le temps imparti.

 

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 14/12/2019 | Malgré tout!
▶ 13/12/2019 | Dérives
▶ 12/12/2019 | Bantous
▶ 12/12/2019 | Les Algéries?
▶ 11/12/2019 | Poumon
▶ 11/12/2019 | Conseil
▶ 9/12/2019 | Sinistre
▶ 6/12/2019 | Du bon usage …
▶ 5/12/2019 | Antivaleurs
▶ 9/12/2019 | Initiatives...