Opinion

  • Éditorial

L'offre

Mercredi 19 Février 2020 - 20:16

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Avec la mise en service, le 18 février, de la nouvelle turbine de la Centrale électrique du Congo, la troisième du genre, l'offre nationale en matière d'électricité, indispensable au développement économique du pays, se densifie petit à petit.

Le pari que se donnent les plus hautes autorités congolaises de parachever l'ambitieux projet du boulevard énergétique gagne en visibilité.

Même si, et ce gros détail vaut la peine d'être mentionné, les problèmes d'ordre technique continuent de se poser.  Ils relèvent en particulier de la capacité des installations du réseau de transport et de distribution existant à absorber la quantité du courant ainsi produit.

D'où le souhait émis par le gouvernement par la voix du ministre en charge de l'Energie et de l'Hydraulique, Serge Blaise Zoniaba, de voir des opérateurs économiques congolais et étrangers s'investir dans le secteur de l'électricité en raison d'énormes potentialités qu'il présente.

Société anonyme détenue majoritairement par l'État congolais, la participation du pétrolier Eni étant de 20 pour cent, la Centrale électrique du Congo ambitionne de se doter plus tard d'une quatrième turbine.

Cette perspective lui sera bénéfique si davantage la question soulevée plus haut de la viabilité du circuit de transport est résolue. Cela suppose des investissements supplémentaires dans ce domaine stratégique de l'énergie électrique dont on ne dira jamais assez qu'il concourt au bien-être collectif.

 

 

 

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 8/4/2020 | Jours de marché
▶ 6/4/2020 | Participations
▶ 5/4/2020 | Veille
▶ 31/3/2020 | Mobilisation
▶ 30/3/2020 | A nos lecteurs
▶ 28/3/2020 | Au ralenti
▶ 26/3/2020 | Hip-hop
▶ 26/3/2020 | Civisme
▶ 25/3/2020 | Garder l'espoir
▶ 24/3/2020 | Re 1929 ?