Opinion

  • Éditorial

Prémonition

Jeudi 6 Février 2020 - 21:07

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Nous parlions récemment des effets induits de l’art sur notre vie réelle. Nous arguions qu’au-delà de l’esthétique et de sa valeur ludique, l’art peut être un puissant vecteur de proposition aux différentes situations dont le monde est confronté. Seulement, nous avions presque omis de souligner un autre facteur de l’art, la prémonition. Et cette semaine, la preuve nous est apportée par le cinéma.

Observons bien comment le film « Contagion », pour ceux qui l’ont suivi, s’est revêtu de cette faculté presque certaine d’annoncer, il y a environ onze ans, à travers une fiction, la propagation d’un virus à l’échelle mondiale. Si le film de Steven Soderbergh se retrouve depuis janvier au centre d’un nouveau succès, à en croire le nombre de téléchargement sur iTunes, ainsi que dans la catégorie des longs-métrages les plus populaires sur Netflix, c’est parce qu’il offre une sorte de remède, puisque son intrigue est proche de la situation de l’épidémie actuelle de coronavirus.

Les prémonitions font donc partie de ces événements les plus utilisés dans le cinéma. Nombreux sont les films et les séries qui en ont fait leur chou gras. Imaginaires fous des réalisateurs ou prémonitions inquiétantes de l’avenir, de nombreux films présentent le futur comme un chaos social. Bien qu’il demeure du registre de la fiction, le 7e art nous démontre également qu’il peut servir de miroir et nous donner quelques orientations.

Les Dépêches du Bassin du Congo

Edition: 

Édition du Samedi (SA)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 22/2/2020 | Jeunesse
▶ 20/2/2020 | Tentation
▶ 20/2/2020 | Petits métiers
▶ 19/2/2020 | L'offre
▶ 19/2/2020 | Dette
▶ 17/2/2020 | Faire valoir
▶ 15/2/2020 | Terroir
▶ 13/2/2020 | 14 février !
▶ 13/2/2020 | Global tricherie
▶ 12/2/2020 | Disponibilité