Opinion

  • Éditorial

Que dire ?

Jeudi 8 Novembre 2018 - 9:15

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Oui que dire du résultat mitigé des élections dites de « mi-mandat » qui se sont déroulées, mardi, aux Etats-Unis et dont nous avons connu les chiffres en début de matinée hier ? Ceci que l’on peut résumer en quelques mots.

  1. Si la majorité républicaine, grâce à laquelle Donald Trump s’est installé à la Maison-Blanche en 2016, a perdu le contrôle de la deuxième assemblée du parlement américain, la Chambre des représentants, elle, a gardé en revanche le contrôle de la première, le Sénat. Et, de ce fait, elle garantit pratiquement au président qu’il n’en sera pas chassé par la voie de l’ « impeachment » que ses détracteurs appelaient de leurs vœux.
  2.  Les résultats détaillés des différents votes qui ont marqué ce scrutin montrent que les citoyens américains sont plus conservateurs qu’on ne le pensait. S’ils ne partagent pas toutes les idées et les convictions du présent locataire de la Maison-Blanche, ils sont majoritairement convaincus que la politique de l’« America first » est la mieux à même de protéger leurs intérêts dans le monde très ouvert et donc très concurrentiel dans lequel nous vivons.

  3. Conforté dans sa conviction intime que les Etats-Unis doivent réaffirmer leur puissance sur la scène mondiale, quitte à créer de nouvelles crises dans les zones instables de la planète, Donald Trump ne modifiera ni son vocabulaire ni la stratégie de la force qui gouverne son action. Face à la Chine, à la Russie, à l’Iran et autres adversaires qui le défient, il va au contraire s’attacher à conforter son image de leader mondial.

   4. Tout indique donc, à commencer par les tweets triomphaux que le président américain ne cesse de lancer via les canaux numériques, que sa stratégie de l’Amérique d’abord va se renforcer dans les semaines et les mois à venir. Ce qui aura comme conséquence d’aggraver les tensions qui existent en Europe, en Asie, au Proche et au Moyen-Orient. Peut-être aussi en Afrique qui pourrait bien devenir à bref délai un enjeu majeur pour les Etats-Unis.

Ne préjugeons pas de l’avenir mais disons dès à présent que le futur immédiat risque d’être encore plus agité que nous ne le pensions, ne le craignions.

 

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 21/11/2018 | Et le Fespam ?
▶ 20/11/2018 | Dette
▶ 18/11/2018 | Relance
▶ 17/11/2018 | Vigilance
▶ 16/11/2018 | Festivals
▶ 14/11/2018 | Responsabilités
▶ 13/11/2018 | Réécriture
▶ 12/11/2018 | Forum
▶ 9/11/2018 | Pivot