Opinion

  • Éditorial

Union

Jeudi 17 Septembre 2020 - 19:24

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


S’il est un discours qui était attendu par la communauté internationale dans son ensemble c’est bien celui qu’a prononcé mercredi, à Bruxelles, la présidente de la Commission de l’Union européenne, Ursula von der Leyen. Car l’institution, qui réunit vingt-sept Etats du Vieux continent, donnait depuis des mois sinon même des années des signes de désunion inquiétants dont le Brexit, autrement dit le départ brutal de l’Angleterre géré de façon pour le moins chaotique par son Premier ministre, Boris Johnson, donnait la juste mesure.

 

Certes les propos tenus par la présidente allemande ne garantissent pas la remise en ordre de la diplomatie européenne que de nombreux Etats attendent et espèrent, mais ils confirment – et ce n’est pas rien dans le contexte actuel – que l’Allemagne, la France et la majorité des pays membres de l’Union sont décidés à travailler la main dans la main pour protéger l’UE contre la désunion qui la menace. Ils prouvent qu’il existe au sein même de la communauté européenne un groupe de chefs d’Etat bien décidé à poursuivre la longue marche sur la voie de l’intégration engagée par les Pères de l’Europe au sortir de la Deuxième Guerre mondiale.

 

Cet engagement est d’autant plus important que l’Europe doit aujourd’hui relever des défis d’une ampleur inégalée. Des défis parmi lesquels figurent en bonne place la lutte contre la pandémie du coronavirus, la relance de l’économie qui a été durement frappée par le confinement, la mise en place d’un système d’accueil collectif et équilibré des migrants venus du Grand Sud comme du Proche-Orient, la constitution progressive d’une communauté de défense qui se substitue à une Alliance atlantique en plein délitement, la consolidation de l’euro autrement dit de la monnaie commune sur laquelle repose pour une large part la place éminente de l’Union européenne au sein de la communauté économique mondiale.

 

A ceux qui craignaient de voir cette Union se disloquer sous les coups de boutoir des eurosceptiques et se lancer à nouveau dans la compétition stratégique qui coûta si cher aux peuples européens dans le siècle précédent, le discours sur l’état de l’Union prononcé par Ursula von der Leyen apporte une réponse positive. Voyons donc comment il se traduira en actes dans les mois à venir. Nous avons tout à y gagner, nous Africains qui redoutions légitimement de voir l’Europe se disloquer à nouveau.

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 21/10/2020 | A cœur ouvert
▶ 20/10/2020 | Conseil
▶ 19/10/2020 | Mémoire
▶ 19/10/2020 | 20 jours de plus
▶ 16/10/2020 | Slogan
▶ 15/10/2020 | Maturité
▶ 14/10/2020 | Soutien
▶ 14/10/2020 | Reprise
▶ 12/10/2020 | Echanges
▶ 10/10/2020 | Autant se parler