Opinion

  • Éditorial

Reconstruire

Jeudi 20 Avril 2017 - 19:56

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Le jour est proche, du moins faut-il l'espérer, où prendra fin la cavale de celui qui se fait appeler "Pasteur Ntoumi" et qui sème depuis des semaines la terreur dans une partie du département du Pool. Mais ce jour-là commencera le travail de reconstruction morale et matérielle des populations qui ont été asservies, meurtries, pillées par les milices "ninjas nsiloulous" de Frédéric Bintsamou. Et tout devra être fait pour que les victimes de ces violences en obtiennent sans délai la juste réparation.

Il n'est donc pas trop tôt pour imaginer et même commencer à mettre en place le dispositif humanitaire qui permettra aux familles de cette région isolée du Congo sinon d'effacer, du moins de panser les blessures de toute nature qui leur ont été infligées. En soulignant, bien sûr, le rôle essentiel que devra jouer l'Etat et plus largement la nation tout entière dans ce douloureux travail, mais en rappelant aussi que la société civile, autrement dit chacun d'entre nous, devra s'y impliquer fortement.

Des informations qui remontent vers nous par différents canaux ressort l'idée que des moyens importants pourraient être rassemblés très vite dans ce but si les églises, les associations, les organisations non gouvernementales s'entendaient pour lancer un appel aux dons destinés à redonner vie aux villages que les "fous de dieu" ont dévasté. De la même façon que, partout dans le monde, des opérations de ce type permettent de rassembler en un temps record les moyens financiers nécessaires pour lutter contre les maladies et les fléaux qui frappent l'humanité, de la même façon et à un niveau plus modeste elles génèreraient chez nous une mobilisation collective qui redonnerait vie sans délai aux zones meurtries par le fanatisme de quelques-uns.

Dès lors que la puissance publique aura restauré la paix et la sécurité dans chacune de ces zones, ce qui ne saurait tarder, un tel dispositif pourra se mettre en place très vite. Appuyé par des institutions caritatives mondiales qui ont prouvé maintes fois leur efficacité sur le terrain, il rendra le goût de vivre à celles et ceux qui vivent aujourd'hui dans la terreur.

Peut-on imaginer  plus noble mission que celle-là dans le moment présent ?

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 11/12/2017 | Feux verts
▶ 8/12/2017 | Gangrène
▶ 7/12/2017 | Remise à plat
▶ 6/12/2017 | One Planet Summit
▶ 5/12/2017 | Alerte
▶ 4/12/2017 | FMI
▶ 30/11/2017 | Afrique-Europe
▶ 29/11/2017 | Signaux
▶ 27/11/2017 | Preuve
▶ 24/11/2017 | Partition