Opinion

  • Éditorial

Au-delà ...

Mercredi 15 Mai 2019 - 21:34

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Au-delà des tensions qui ne cessent de croître dans la sphère internationale à cause du conflit commercial  qui oppose les Etats-Unis  à la Chine, de la guerre  larvée qui se précise dans le golfe Persique, de la déstabilisation  qui gagne la région du Sahel, il est un domaine  qui pourrait  bien, à brève échéance,  se trouver  impacté directement  par la combinaison  de ces crises: celui de la finance mondiale.

Comme on l'a  vu ces derniers  jours, les incertitudes  qui s'aggavent sur le plan géopolitique  ont un effet direct, très direct, sur les cours des bourses en Asie, en Europe et en Amérique.  Si l'on n'en  est pas encore à un effondrement  général comme ceux qui ont coûté si cher à la communauté  internationale dans le passé, tous les feux semblent  se mettre au rouge à Wall Street, à la City de Londres, à Paris,  à Beijing,  à  Shanghaï,  à Tokyo  et  autres  grandes  places  de  la  planète financière.

Survenant dans un moment crucial où l'endettement des Etats - et pas seulement celui des pays en développement - ne cesse de s'accroître comme on le voit en France où la dette  publique  dépasse  aujourd'hui les 2 320 milliards  d'euros, le mouvement  qui semble se dessiner est plus qu'inquiétant. Il conduit les Banques centrales des grandes puissances  à accroître considérablement leurs réserves d'or- plus de six cent cinquante  tonnes de lingots pour la seule année 2018 et trente quatre mille tonnes d'or  au total ! - mais fait aussi peser sur les bourses des cinq continents une menace pire que celle qui a provoqué  la crise dite des « subprimes », partie des Etats-Unis en 2007.

Il ne nous appartient évidemment  pas de dire comment la communauté  mondiale peut aujourd'hui se mettre à l'abri  d'un cataclysme  pire que celui qui dévasta les économies riches de l'hémisphère nord dans les années trente du siècle précédent. Mais il nous revient, à nous observateurs  de la scène qui se joue sous les yeux des générations présentes, de rappeler que l'Histoire  ne cesse de se réécrire. Et qu'il convient  donc  d'en  rappeler  les effets  désastreux  à ceux qui seraient tentés de l'oublier.

Dans le temps où les pays comme le nôtre s'emploient à réduire leurs dettes avec l'aide de la communauté internationale,  ne perdons pas de vue ce contexte général.

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 23/5/2019 | Avancée
▶ 21/5/2019 | Vérité
▶ 21/5/2019 | Moscou
▶ 20/5/2019 | Soixante-dix ans
▶ 16/5/2019 | Art, culture …
▶ 16/5/2019 | Tontine
▶ 15/5/2019 | Au-delà ...
▶ 15/5/2019 | Confiance
▶ 14/5/2019 | Présence
▶ 13/5/2019 | Fleuve