Réflexion


Réflexion
Samedi 28/3/2015

Les Dépêches de Brazzaville ayant conduit de bout en bout et réussi de façon indiscutable l’opération qui visait à faire une nouvelle fois du Stand « Livres et auteurs du Bassin du Congo » le point de rencontre de la diaspora de l’Afrique centrale, il nous appartient aujourd’hui de tirer les leçons de l’édition 2015 du Salon du livre qui s’est tenu à Paris du 19 au 23 mars.

Voici donc, résumé en quelques phrases, ce que l’on peut et doit retenir de cette nouvelle, belle et grande aventure.

1- L’Afrique centrale est de moins en moins perçue comme une région de la planète vouée à la misère, à l’illettrisme, à la violence telle que la présentent volontiers les grands médias occidentaux. Elle s’impose de jour en jour, et malgré les crises qui la déstabilisent, parmi les espaces humains...


Réflexion
Lundi 23/3/2015

Certes elle ne fermera ses portes que ce soir, à Paris, mais la trente-cinquième édition du Salon du livre confirme dès à présent l’incroyable vitalité de la littérature africaine en général, de la littérature du Bassin du Congo en particulier. En auront témoigné, cinq longues journées durant, les multiples débats organisés au cœur du Palais des expositions de la Porte de Versailles par la Librairie-galerie Congo, dans le cadre enchanteur de son stand qui figurait une fois de plus parmi les plus grands, les plus vivants, les plus courus de cette prestigieuse manifestation.

Les Dépêches de Brazzaville ayant accompagné de bout en bout l’édition 2015 du Salon du livre en consacrant, depuis jeudi, le cœur de tous ses numéros aux activités du stand Livres et auteurs du Bassin du Congo, nous sommes très bien placés pour confirmer...


Réflexion
Samedi 14/3/2015

Deux raisons qui se conjuguent rendent indispensable une réforme fondamentale de cette institution dont la mission première était de faire régner la paix à travers le monde, mais qui s’enlise au fil du temps dans une sorte de paralysie infiniment dangereuse : la première est la montée continue des tensions entre les « Grands » qui la dominent grâce au Conseil de sécurité, la deuxième est le poids croissant du « Monde émergent », autrement dit de l’Afrique, de l’Asie, de l’Amérique latine.

Le processus destructeur que nous voyons se développer sous nos yeux est exactement le même que celui qui conduisit à l’effondrement de la Société des nations créée au lendemain de la première Guerre mondiale dans le but de prévenir une nouvelle et mortelle crise internationale. Il résulte de l’incapacité des puissants de ce monde à...


Réflexion
Samedi 7/3/2015

Il y avait eu, en 2010 et 2013, ces deux livres passionnants, « Confessions d’un Cardinal et « L’espérance du Cardinal », qui annonçaient sans bien sûr en donner la clé le grand changement que vit aujourd’hui l’Église Catholique  avec l’élection du Pape François (1).  Il y a maintenant ce livre, au titre très brutal mais probablement très juste, qui vient de faire son apparition sur les rayons des librairies : « François parmi les loups » (2).

Écrit par un journaliste du quotidien italien La Republica, Marco Politi,  qui connaît les arcanes du Vatican au point d’avoir prévu et annoncé la démission de Benoît XVI, l’ouvrage explique en un peu moins de trois cents pages l’ampleur des défis que le Pape François entend relever. Il fait apparaître le contraste saisissant existant entre cet homme qui rassemble autour de lui des...


Réflexion
Samedi 28/2/2015

L’accueil que les plus hautes autorités italiennes ont réservé, la semaine dernière, au président Denis Sassou N’Guesso montre, s’il en était besoin, que le Congo est reconnu désormais par l’un des grands pays européens comme un acteur incontournable de la scène africaine. Certes, les visites précédentes du chef de l’État à Rome avaient toutes été empreintes de chaleur et d’amitié, mais aucune n’avait pris la dimension de celle qui vient de se dérouler et qui ouvre manifestement la voie à des accords bilatéraux de grande ampleur.

Si l’on prend du recul par rapport à l’évènement que nous venons de vivre, on en vient aux conclusions suivantes.

Première conclusion : comme beaucoup de pays dans le monde, l’Italie prend actuellement la mesure du mouvement historique qui projette en avant l’...


Réflexion
Samedi 21/2/2015

Il y avait, d’un côté, ceux qui pensaient que l’homme, en abolissant l’espace et le temps grâce aux nouvelles technologies, prendrait enfin conscience de la nécessité pour son espèce de s’unir afin de résoudre les problèmes de toute nature auxquels il se trouve confronté depuis son émergence au sein du monde animal. Il y avait, de l’autre côté, ceux qui craignaient, sans le dire ouvertement de peur d’apparaître trop pessimistes, qu’une fois de plus l’humanité se révèle incapable de maîtriser ses mauvaises pulsions et utilise à des fins destructrices les armes de progrès dont elle se dotait.

Malheureusement, jusqu’à présent en tout cas, ce sont les seconds qui ont raison. Jugeons-en sur pièces.

Premier constat : les « blocs » que l’on croyait dissouts à l’issue de la Guerre froide se...


Réflexion
Samedi 14/2/2015

Plus les jours passent, plus il devient évident que l’Afrique se trouvera confrontée, dans les années à venir, aux crises régionales récurrentes que génère la combinaison explosive d’extrémismes religieux, de trafics en tout genre, de tensions politiques et sociales, de convoitises extérieures. Ceci alors même que le continent accélère sa marche vers le développement durable avec une poussée démographique constante, une exploitation rationnelle de ses ressources naturelles, l’émergence de classes moyennes ambitieuses, un taux de croissance économique élevé.

D’où la question suivante qui ne tardera pas à s’imposer comme la plus importante pour les peuples qui vivent sur ce continent : l’Afrique peut-elle gérer les crises qui se multiplient avant que celles-ci ne bloquent le bond qui la projette en avant ?

...

Réflexion
Samedi 7/2/2015

Même si cela ne se voit pas encore, les lignes bougent sur le front des relations entre l’Afrique et la France. Au comportement néocolonial qui conduisait la seconde à mépriser plus ou moins ouvertement la première, jugée « non encore entrée dans l’Histoire » ou vouée à la mal gouvernance et qui l’amenait à donner sans cesse des leçons de démocratie à ses partenaires se substitue, beaucoup plus vite que nous ne le pensions, un réalisme qui devrait, à terme très rapproché, changer la donne sur le terrain diplomatique.

Expliquons-nous sur ce point.

Confrontés aux menaces de plus en plus graves que suscite pour leurs propres peuples l’incapacité des dirigeants occidentaux à prévoir les conséquences de leurs actes, les États développés, comme la France, découvrent qu’ils se conduisent en fait...


Réflexion
Lundi 2/2/2015

Le sommet qui vient de se tenir à Addis Abeba l’a confirmé de façon claire : ou bien l’Afrique se décide à prendre elle-même son destin en mains et tous les espoirs lui seront permis; ou bien elle se contente de parler sans vraiment agir pour la sécurité de ses peuples et le désordre qui menace des régions entières du continent s’étendra inexorablement. Le débat, dira-t-on, n’est pas nouveau. Il nourrit, en effet, depuis des années les discussions au sein même de l’Union africaine, mais il prend aujourd’hui une réelle acuité en raison des crises qui ne cessent de s’étendre, menaçant la stabilité de zones immenses qui, jusqu’alors, vivaient dans la paix.

Rendons, sans flagornerie, à César ce qui revient à César : depuis près de trente ans le président du Congo, Denis Sassou N’Guesso, plaide la cause d’une Afrique...


Réflexion
Lundi 26/1/2015

Rien, finalement, ne rend mieux compte du fossé qui se creuse entre les différentes parties du monde que le Forum de Davos, cette grand’messe annuelle aussi bavarde que prétentieuse à laquelle participe tout ce que la planète riche compte de banquiers, d’entrepreneurs, de responsables politiques, de penseurs, de communicants et autres grands esprits. Au total quelques deux mille têtes aussi bien faites que déconnectées de la réalité parce que vivant en vase clos dans un monde aseptisé où l’argent, le profit, le pouvoir, le cynisme sont rois, mais où les réalités humaines ne sont guère prises en considération.

Ce que nous vivons dans le moment présent, même si le Forum de Davos ne s’en est guère préoccupé, n’est pas autre chose qu’une révolution dont surgira à plus ou moins long terme une équation internationale totalement...