Réflexion


Réflexion
Samedi 25/10/2014

L’Institut Goethe de Paris a organisé la semaine dernière un débat sur l’avenir de la presse écrite dont le thème était le suivant : « La fin du journal ? Informer et s’informer : du papier au numérique ».  De ce débat est ressortie l’idée, peu réaliste d’après moi, selon laquelle la presse écrite serait condamnée à plus ou moins brève échéance par l’irruption brutale et irréversible du numérique dans l’univers figé du papier journal.

Pour celles et ceux, de plus en plus nombreux, qui lisent  chaque matin Les Dépêches de Brazzaville , je crois nécessaire de réfuter cette thèse en avançant les quelques points suivants :

  1. La crise des quotidiens dans les grands pays industriels est évidente. Mais elle ne date pas d’hier et ne signifie nullement que la version papier des journaux...

Réflexion
Samedi 18/10/2014

Par deux fois et sous la forme écrite garantissant que ce message passera à la postérité, le président du Congo, Denis Sassou N’Guesso, a exposé dans les derniers mois comment les grandes puissances doivent assumer leurs responsabilités dans la construction d’une Afrique libre et maîtresse de son destin. S’exprimant, par l’intermédiaire de la revue Géopolitique Africaine à la veille du sommet de l’Élysée en décembre 2013 et du sommet de Bruxelles en avril 2014, il s’est attaché à montrer que les Africains ont la capacité politique et militaire de faire régner la paix sur toute l’étendue  de leur continent, mais qu’ils n’ont pas les moyens techniques et financiers nécessaires pour édifier rapidement  l’architecture de sécurité dont ils ont jeté les bases dans le cadre de l’Union africaine.

Ce message, qui fut bien...


Réflexion
Samedi 11/10/2014

La tenue ces jours ci, à Washington, de l’assemblée générale annuelle des institutions dites de « Bretton Woods » offre une bonne occasion de poser les questions qui fâchent dans les domaines ultra-sensibles de la gouvernance mondiale que sont la monnaie et de la finance.

En voici quelques-unes auxquelles, bien évidemment, nous ne prétendons pas répondre :

  1. Soixante-dix ans après leur signature, le 22 juillet 1944 à Bretton Woods, par les représentants de 44 pays, ces accords sont-ils encore adaptés aux réalités de notre temps ? Organisant peu ou prou le système monétaire international autour du dollar américain, ils ont indiscutablement joué un rôle clé dans la mondialisation telle que nous la vivons aujourd’hui. Mais ils ne reflètent pas les nouveaux rapports de force créés par l’...

Réflexion
Lundi 6/10/2014

Ne nous voilons pas la face : l’intervention militaire que conduit la communauté internationale en Centrafrique risque de déboucher sur un fiasco et de générer au final des violences pires que celles vécues ces derniers mois par la population de ce pays. Ceci pour les trois raisons que voici :

  1. La France, qui était jusqu’à présent le pivot de cette intervention, n’a plus les moyens de poursuivre son action. Surendettée et engagée sur divers fronts, en Afrique comme au Moyen-Orient, elle n’est pas en mesure de  donner à ses troupes les matériels et les fonds nécessaires pour mener durablement leur action. À terme plus ou moins rapproché, elle sera contrainte de lever le pied, ce qui, soit dit en passant, soulève de profondes inquiétudes dans les milieux de la défense en France même. 
  2. ...

Réflexion
Lundi 29/9/2014

Le vingtième siècle avait ancré dans la plupart des sociétés humaines la conviction, héritée des siècles précédents, selon laquelle la croyance en l’existence d’un ou plusieurs Êtres suprêmes auxquels les hommes doivent se soumettre était révolue. Au prix de terribles drames tels que la révolution bolchevique en Russie ou la révolution culturelle en Chine, il avait imposé le matérialisme le plus extrême comme le seul vrai ressort du progrès dans les sociétés humaines. Et ce triomphe de la matière sur l’esprit avait imposé l’idée que la religion sous toutes ses formes n’était finalement que le legs d’un passé révolu que le progrès scientifique achèverait de détruire.

Il se trouve que les évènements en cours dans différentes régions du monde infirment cette thèse de façon radicale. Loin de se dissoudre dans l’univers très...


Réflexion
Lundi 22/9/2014

Plus les mois et les années passent plus il apparait que les fondements sur lesquels l’Europe s’est construite depuis la fin de la deuxième guerre mondiale sont fragiles, pour ne pas dire instables. S’étant imaginée  capable d’absorber les pays de l’Est dont l’Union soviétique avait fait une sorte de glacis au lendemain de ce terrible conflit afin de se protéger contre de nouvelles dérives, elle a édifié une sorte de tour de Babel au sein de laquelle cohabitent sans se mélanger vingt-huit nations, que gère une technocratie aussi prétentieuse que déconnectée de la réalité, qui n’a pas d’autorité politique capable de définir et d’appliquer des stratégies cohérentes, dont les outils collectifs tels que l’euro s’avèrent très fragiles en dépit de ses prétentions.

 

A ceux qui doutent de l’exactitude de ce tableau nous ne saurions trop conseiller de méditer sur les quelques...


Réflexion
Lundi 15/9/2014

Il y avait eu, au début de cette année, la publication par l’universitaire française Catherine Coquery-Vidrovitch du rapport rédigé par Pierre Savorgnan de Brazza sur les exactions commises au Moyen Congo par les compagnies concessionnaires françaises (1). Et voici que surgit maintenant sur la scène publique un livre édifiant, écrit par le professeur canadien Éric Jennings qui lève un autre coin de voile sur l’Histoire de France : « La France libre fut africaine » (2).

La caractéristique commune de ces deux ouvrages est qu’ils ont vu le jour grâce au concours actif de l’État français. Le premier a exhumé des archives du Quai d’Orsay, avec cent dix ans de retard, la narration précise et accablante que l’explorateur fit de ce qui se passait réellement au Congo dont il avait été écarté quelques années pour avoir dénoncé les...


Réflexion
Lundi 8/9/2014

L’aggravation des tensions en Europe de l’Est qui dresse l’Otan contre la Russie, la guerre de religions qui ensanglante le Proche-Orient, la déstabilisation de la zone Sahélo-saharienne qui découle de l’implosion de la Libye, la montée des tensions en Asie du sud qui oppose la Chine et le Japon peuvent-elles déboucher sur un nouveau conflit mondial, ou sont-elles simplement la conséquence inévitable du changement des rapports de force en cours entre les grandes puissances qui, tôt ou tard, débouchera sur un nouvel équilibre planétaire ?

Cette question se trouve désormais au cœur des réflexions stratégiques que mènent les gouvernements, les institutions internationales, mais aussi ce que l’on appelle les « think tanks », c’est-à-dire les centres de réflexion et de recherche sur l’évolution de l’homme et des sociétés...


Réflexion
Lundi 1/9/2014

Il aura fallu attendre plus d’un demi siècle pour que la France réapprenne l’Afrique ou, plus  exactement, découvre que le continent sur lequel elle avait fondé jadis sa grandeur n’est plus du tout celui qu’elle croit. Trompée par ses dirigeants qui la courtisèrent dans le seul but, ou presque, de financer leurs ambitions politiques, délaissée par ses entreprises qui redoutaient les effets négatifs d’éventuels chaos institutionnels, desservie par des médias publics et privés déconnectés de la réalité l’Afrique se trouvait  jusqu’à présent reléguée, quoi que l’on prétende à Paris,  au second plan de la diplomatie française et au tout dernier rang des préoccupations des investisseurs de l’Hexagone.

Les conséquences de cette double erreur, de cette double faute même, s’avèrent à ce point  désastreuses que la France en est réduite,  aujourd’hui, à changer brutalement de cap comme...


Réflexion
Lundi 25/8/2014

Ne nous leurrons pas : les évènements tragiques auxquels nous assistons étaient tous prévisibles et auraient tous pu être prévenus si leurs signes annonciateurs avaient été correctement interprétés. Les deux exemples suivants, puisés dans l’actualité immédiate, le confirment de façon accablante.

Premier exemple : la déstabilisation de la zone sahélo-saharienne, qui menace de s’étendre à l’Afrique de l’ouest et même à l’Afrique centrale résulte directement des décisions prises par les puissances occidentales d’abattre, pour des raisons obscures, le « Guide » libyen Mouammar Kadhafi après l’avoir encensé et honoré. N’écoutant aucun  des conseils qui leur étaient donnés par les dirigeants africains, au premier rang desquels figurait d’ailleurs le Président du Congo, ces puissances ont initié le processus destructeur qui s’est...