Réflexion


Réflexion
Mardi 16/12/2014

Pour enfoncer un peu plus le clou, je voudrais ajouter à ce qui précède que les pays occidentaux sont largement responsables  de ce qui se passe aujourd’hui en Afrique noire avec la montée des extrémismes religieux. Car ceux-ci prolifèrent sur le fait que les frontières, donc le découpage territorial de la plupart des États dans cette partie du monde, ont été tracées de façon totalement artificielle à l’époque coloniale.

Au lieu de les rassembler dans des entités cohérentes, ces délimitations territoriales ont en effet coupé et divisé les peuples, interdisant toute véritable unité fondée sur des critères humains ou géographiques, et empêchent donc la formation de véritables États. C’est ce crime historique, car c’est bien d’un crime qu’il s’agit, qui se trouve à l’origine de la plupart des drames que vivent aujourd’hui les...


Réflexion
Samedi 13/12/2014

Vivant à cheval sur deux continents, l’Afrique et l’Europe, je voudrais apporter au débat sur la paix et la culture (1) la réflexion suivante : l’homme est aujourd’hui plus que jamais un loup pour l’homme ; il se laisse volontiers aller à ses plus bas instincts et la croyance déviée en un être suprême le conduit toujours aux pires violences. Si donc l’on veut conduire une vraie « Réflexion sur la paix et la culture », il convient d’abord de prendre en compte cette triste réalité et de la placer au cœur de nos réflexions pour voir s’il est possible, dans le monde moderne, de lutter efficacement contre l’instinct de mort inhérent à la nature humaine.

Avant d’aller plus loin, il me semble nécessaire de souligner ce fait, évident, que l’abolition du temps et de l’espace engendrée par le progrès technique dans les...


Réflexion
Samedi 6/12/2014

Rien ne rend mieux compte de l’affaissement de la France que la vente à la Chine, en fin de semaine dernière, de la très prestigieuse aérogare de Toulouse-Blagnac qui est l’une des plus grandes plateformes aériennes de l’Hexagone.  En laissant passer ce fleuron sous le contrôle d’une très grande puissance, l’État français montre, en effet, qu’il n’a plus les moyens de protéger sa souveraineté. Il traduit dans les faits, de façon aussi irrationnelle que spectaculaire, la faiblesse extrême qui est devenue la sienne.

Que l’on nous comprenne bien : ce n’est pas la personnalité de l’acheteur – la Chine donc – qui est choquante en soi, mais le fait que les autorités françaises en soient réduites à mettre une telle infrastructure entre les mains d’un État étranger. Imagine-t-on les Américains céder à la Russie l’aéroport de Los...


Réflexion
Samedi 29/11/2014

Les mesures prises ces derniers temps, à Rome, par le Pape François sont tout sauf anodines. Elles témoignent, en effet, d’une volonté de réformer l’Église qui, par petites touches savamment calculées, vise, ni plus ni moins qu’à mettre de l’ordre dans sa gouvernance, à éclaircir ses finances, à la rapprocher de ses fidèles, à équilibrer les rapports entre les instances dirigeantes et la chrétienté émergente, à retrouver surtout les valeurs d’une religion qui a réussi l’exploit de traverser vingt siècles en se renforçant au lieu de se diluer dans le magma matérialiste comme on pouvait le craindre.

Laissons aux observateurs du Vatican le soin de détailler les décisions que prend le Pape François afin de mener à bien ce grand dessein, mais interrogeons-nous sur les chances qui sont les siennes d’y parvenir dans le temps très court qui lui est imparti...


Réflexion
Samedi 22/11/2014

S’il est une erreur que les Africains ne doivent pas commettre aujourd’hui, c’est bien celle de laisser aux peuples qui les colonisèrent le soin d’écrire la véritable histoire des siècles de galère qu’ils vécurent et plus encore de leur confier la lourde tâche d’élever les lieux de mémoire qui relateront ces tragédies. Se réapproprier le passé, ne pas laisser à des étrangers le soin de le faire revivre est certainement l’un des devoirs les plus sacrés que les générations présentes doivent s’imposer.

Pourquoi ce rappel de simple bon sens ? Tout simplement parce que le bruit court avec insistance, à Brazzaville comme à Paris, que l’édification du Mémorial de Loango, sur la côte congolaise du Golfe de Guinée, sera confiée à des architectes étrangers au continent africain. Une rumeur qui paraît fondée même si, semble-t-il,...


Réflexion
Samedi 15/11/2014

Tout indique aujourd’hui que le Sommet de Dakar, dans deux semaines, marquera un tournant historique dans l’évolution de la vaste communauté des nations qui ont la langue française en partage. Un tournant qui sera la conséquence directe et immédiate des grands évènements auxquels nous assistons sur la scène mondiale et que devra gérer, dans un contexte difficile, la nouvelle direction de l’Organisation internationale de la Francophonie.

Précisons, avant d’aller plus loin, que si ce tournant n’a pas été pris plus tôt ce n’est nullement imputable à Abdou Diouf, le secrétaire général de l’institution dont le mandat est sur le point de s’achever, mais parce que les gouvernements des pays membres n’ont pas pris à temps la mesure des défis auxquels celui-ci se trouvait confronté. Trop occupés sans doute par les problèmes de...


Réflexion
Samedi 8/11/2014

À la veille du Sommet de la Francophonie qui se tiendra à la fin de ce mois à Dakar  il n’est pas inutile, me semble-t-il, de réfléchir à ce que pourrait devenir dans les années à venir la vaste communauté des peuples ayant la langue française en partage. La cascade d’évènements majeurs à laquelle nous assistons depuis des mois et plus encore sans doute le rééquilibrage des rapports entre les grandes puissances qui se dessine plaide en tout cas fortement pour une telle évolution.

Le défaut principal de la Francophonie, telle qu’elle fonctionne aujourd’hui, est de n’exercer aucune influence réelle sur le cours de l’Histoire. Si elle a une présence effective dans le domaine des arts et des lettres, elle n’en a guère en revanche sur le plan diplomatique. Ceci parce que personne, jusqu’à présent, n’a  semblé considérer que le...


Réflexion
Dimanche 2/11/2014

L’information reçue la semaine dernière selon laquelle l’ancien et nouveau Maire de Brazzaville, Hugues Ngouelondélé, organisera en 2015 un Salon International du Livre est une excellente nouvelle. Elle confirme en effet, d’une part que le livre n’est pas la préoccupation du seul État congolais, d’autre part que la littérature sous toutes ses formes tend à devenir l’un des principaux outils d’influence du Congo. Pour ceux qui n’ont cessé de se battre dans les dernières années afin qu’il en aille ainsi, voir Brazzaville devenir l’une des capitales africaines, mondiales même, du livre est tout à la fois un soulagement et une reconnaissance du devoir accompli.

Ceci étant dit, qu’il nous soit permis de rappeler à ceux qui mèneront à bien ce grand et noble projet que le défi à relever est immense. Ayant réussi, non sans...


Réflexion
Samedi 25/10/2014

L’Institut Goethe de Paris a organisé la semaine dernière un débat sur l’avenir de la presse écrite dont le thème était le suivant : « La fin du journal ? Informer et s’informer : du papier au numérique ».  De ce débat est ressortie l’idée, peu réaliste d’après moi, selon laquelle la presse écrite serait condamnée à plus ou moins brève échéance par l’irruption brutale et irréversible du numérique dans l’univers figé du papier journal.

Pour celles et ceux, de plus en plus nombreux, qui lisent  chaque matin Les Dépêches de Brazzaville , je crois nécessaire de réfuter cette thèse en avançant les quelques points suivants :

  1. La crise des quotidiens dans les grands pays industriels est évidente. Mais elle ne date pas d’hier et ne signifie nullement que la version papier des journaux...

Réflexion
Samedi 18/10/2014

Par deux fois et sous la forme écrite garantissant que ce message passera à la postérité, le président du Congo, Denis Sassou N’Guesso, a exposé dans les derniers mois comment les grandes puissances doivent assumer leurs responsabilités dans la construction d’une Afrique libre et maîtresse de son destin. S’exprimant, par l’intermédiaire de la revue Géopolitique Africaine à la veille du sommet de l’Élysée en décembre 2013 et du sommet de Bruxelles en avril 2014, il s’est attaché à montrer que les Africains ont la capacité politique et militaire de faire régner la paix sur toute l’étendue  de leur continent, mais qu’ils n’ont pas les moyens techniques et financiers nécessaires pour édifier rapidement  l’architecture de sécurité dont ils ont jeté les bases dans le cadre de l’Union africaine.

Ce message, qui fut bien...