Réflexion


Réflexion
Samedi 28/2/2015

L’accueil que les plus hautes autorités italiennes ont réservé, la semaine dernière, au président Denis Sassou N’Guesso montre, s’il en était besoin, que le Congo est reconnu désormais par l’un des grands pays européens comme un acteur incontournable de la scène africaine. Certes, les visites précédentes du chef de l’État à Rome avaient toutes été empreintes de chaleur et d’amitié, mais aucune n’avait pris la dimension de celle qui vient de se dérouler et qui ouvre manifestement la voie à des accords bilatéraux de grande ampleur.

Si l’on prend du recul par rapport à l’évènement que nous venons de vivre, on en vient aux conclusions suivantes.

Première conclusion : comme beaucoup de pays dans le monde, l’Italie prend actuellement la mesure du mouvement historique qui projette en avant l’...


Réflexion
Samedi 21/2/2015

Il y avait, d’un côté, ceux qui pensaient que l’homme, en abolissant l’espace et le temps grâce aux nouvelles technologies, prendrait enfin conscience de la nécessité pour son espèce de s’unir afin de résoudre les problèmes de toute nature auxquels il se trouve confronté depuis son émergence au sein du monde animal. Il y avait, de l’autre côté, ceux qui craignaient, sans le dire ouvertement de peur d’apparaître trop pessimistes, qu’une fois de plus l’humanité se révèle incapable de maîtriser ses mauvaises pulsions et utilise à des fins destructrices les armes de progrès dont elle se dotait.

Malheureusement, jusqu’à présent en tout cas, ce sont les seconds qui ont raison. Jugeons-en sur pièces.

Premier constat : les « blocs » que l’on croyait dissouts à l’issue de la Guerre froide se...


Réflexion
Samedi 14/2/2015

Plus les jours passent, plus il devient évident que l’Afrique se trouvera confrontée, dans les années à venir, aux crises régionales récurrentes que génère la combinaison explosive d’extrémismes religieux, de trafics en tout genre, de tensions politiques et sociales, de convoitises extérieures. Ceci alors même que le continent accélère sa marche vers le développement durable avec une poussée démographique constante, une exploitation rationnelle de ses ressources naturelles, l’émergence de classes moyennes ambitieuses, un taux de croissance économique élevé.

D’où la question suivante qui ne tardera pas à s’imposer comme la plus importante pour les peuples qui vivent sur ce continent : l’Afrique peut-elle gérer les crises qui se multiplient avant que celles-ci ne bloquent le bond qui la projette en avant ?

...

Réflexion
Samedi 7/2/2015

Même si cela ne se voit pas encore, les lignes bougent sur le front des relations entre l’Afrique et la France. Au comportement néocolonial qui conduisait la seconde à mépriser plus ou moins ouvertement la première, jugée « non encore entrée dans l’Histoire » ou vouée à la mal gouvernance et qui l’amenait à donner sans cesse des leçons de démocratie à ses partenaires se substitue, beaucoup plus vite que nous ne le pensions, un réalisme qui devrait, à terme très rapproché, changer la donne sur le terrain diplomatique.

Expliquons-nous sur ce point.

Confrontés aux menaces de plus en plus graves que suscite pour leurs propres peuples l’incapacité des dirigeants occidentaux à prévoir les conséquences de leurs actes, les États développés, comme la France, découvrent qu’ils se conduisent en fait...


Réflexion
Lundi 2/2/2015

Le sommet qui vient de se tenir à Addis Abeba l’a confirmé de façon claire : ou bien l’Afrique se décide à prendre elle-même son destin en mains et tous les espoirs lui seront permis; ou bien elle se contente de parler sans vraiment agir pour la sécurité de ses peuples et le désordre qui menace des régions entières du continent s’étendra inexorablement. Le débat, dira-t-on, n’est pas nouveau. Il nourrit, en effet, depuis des années les discussions au sein même de l’Union africaine, mais il prend aujourd’hui une réelle acuité en raison des crises qui ne cessent de s’étendre, menaçant la stabilité de zones immenses qui, jusqu’alors, vivaient dans la paix.

Rendons, sans flagornerie, à César ce qui revient à César : depuis près de trente ans le président du Congo, Denis Sassou N’Guesso, plaide la cause d’une Afrique...


Réflexion
Lundi 26/1/2015

Rien, finalement, ne rend mieux compte du fossé qui se creuse entre les différentes parties du monde que le Forum de Davos, cette grand’messe annuelle aussi bavarde que prétentieuse à laquelle participe tout ce que la planète riche compte de banquiers, d’entrepreneurs, de responsables politiques, de penseurs, de communicants et autres grands esprits. Au total quelques deux mille têtes aussi bien faites que déconnectées de la réalité parce que vivant en vase clos dans un monde aseptisé où l’argent, le profit, le pouvoir, le cynisme sont rois, mais où les réalités humaines ne sont guère prises en considération.

Ce que nous vivons dans le moment présent, même si le Forum de Davos ne s’en est guère préoccupé, n’est pas autre chose qu’une révolution dont surgira à plus ou moins long terme une équation internationale totalement...


Réflexion
Lundi 19/1/2015

Au-delà de l’atroce tuerie qui a décimé le 7 janvier, en plein cœur de Paris, l’équipe de l’hebdomadaire Charlie Hebdo et qui provoqua dans toute l’Europe  une  émotion intense se pose maintenant la question, beaucoup plus grave encore, de la résurgence des guerres de religions qui ensanglantèrent pendant plusieurs siècles des régions entières de la planète et qui semblent aujourd’hui sur le point de se réveiller.

En témoigne la liste, non exhaustive mais déjà terrifiante, des évènements qui ont marqué l’actualité de ces derniers mois en Europe, dans le Bassin méditerranéen et en Afrique : l’irruption soudaine à la faveur de la guerre civile en Syrie et dans le Kurdistan de ce que l’on appelle Daech ou l’État Islamique, la reprise plus ou moins avouée de la guerre en Irak sur fond d’affrontements entre Sunnites et Chiites,...


Réflexion
Lundi 12/1/2015

Le deuil national qui a suivi, en France, la tuerie de Charlie Hebdo étant terminé, le temps est venu de tirer les leçons d’un drame qui dépasse les frontières de l’Hexagone et concerne toutes les démocraties de par le vaste  monde. Ces leçons, vues par les simples observateurs que nous sommes, peuvent se résumer en cinq points que voici.

Première leçon : les tueurs proviennent des banlieues des grandes cités françaises dont certaines sont devenues ces dernières années des zones de non droit où prolifèrent les trafics en tout genre. Ils appartiennent à une génération sacrifiée dont plus de la moitié ne travaille pas, n’est pas éduquée et sombre, pour survivre, dans la délinquance. Ils constituent une cible idéale pour les groupuscules fanatiques que les conflits en Afrique du nord, au Proche et au Moyen-Orient ont générés...


Réflexion
Samedi 3/1/2015

Il est de bon ton, en ce début d’année 2015, de dire ou d’écrire que les douze mois à venir seront marqués par les troubles qui affecteront le monde émergent : troubles religieux, troubles sociaux, troubles raciaux, troubles politiques et autres fossés que creuse entre les hommes l’incapacité à s’entendre. Mais vous ne verrez aucun commentateur oser dire ou écrire que le plus grand danger qui menace aujourd’hui la planète provient des grandes puissances, de celles-là même qui se regroupent dans des entités artificielles telles que le G8 pour dicter leur loi au monde et engagent celui-ci dans des crises sans issue.

Mettons donc allègrement les pieds dans le plat sans grand risque d’être contredit par les évènements à venir.

La plupart des guerres qui dressent les peuples les uns contre les...


Réflexion
Samedi 27/12/2014

La bataille qui se livre ces derniers temps au sein de la Cité du Vatican, entre les Anciens et les Modernes, sera décisive pour l’Église catholique. Ou bien, en effet, elle ancrera cette vénérable institution dans l’immobilisme qui lui a fait tant de mal dans les dernières décennies, ou bien elle lui permettra de s’adapter aux conditions du temps présent et de retrouver ainsi une nouvelle jeunesse. Dans le premier cas, elle accélèrera son déclin ; dans le second cas, elle lui redonnera l’élan qu’elle a perdu au fil du temps.

Disons-le, au risque de choquer les âmes sensibles qui lisent ces quelques lignes, le Pape François n’est pas du tout certain de l’emporter. En témoignent avec éloquence, les termes pour le moins brutaux qu’il a utilisés, le 22 décembre, pour dénoncer les maux qui minent la Curie romaine,...