Opinion

  • Éditorial

Evidence

Mardi 14 Janvier 2020 - 19:24

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Il est évident qu’à l’approche des échéances électorales de 2021 – élection présidentielle – et 2022 – élections législatives – la marge de manœuvre de la majorité qui détient le pouvoir se rétrécit considérablement. Impossible, en effet, de s’en tenir aux nobles discours, aux simples promesses, aux gestes symboliques, bref aux actions qui n’engagent en rien ou presque les gouvernants comme les élus. Ce qu’attend maintenant la société civile, c’est-à-dire les citoyennes et les citoyens qui déposeront à deux, trois ou quatre reprises leurs bulletins dans les urnes ou useront du vote électronique, c’est bien une vision claire de la politique qui sera suivie dans les années à venir afin de tirer le Congo de la crise dans laquelle il s’est laissé enfermer ces dernières années.

Pour dire les choses encore plus clairement, toutes celles et tous ceux qui se rangent dans le camp de la majorité vont devoir traduire en actes et sans plus attendre les consignes données par la plus haute autorité de l’Etat, le président Denis Sassou N’Guesso, qui est aussi le chef de cette même majorité. Du Message adressé aux deux chambres du Parlement à la mi-décembre et du Message adressé à la Nation dans les dernières heures de l’année écoulée ressortent des directives aussi claires que précises qui, de fait, constituent la base d’un véritable programme présidentiel pour la décennie qui débute. Et qui, par conséquent, vont devoir être appliquées du haut en bas de la société tout au long des prochains mois.

Le congrès ordinaire du Parti congolais du travail, pilier de la majorité présidentielle, s’étant déroulé sans véritables heurts même si des tensions ont marqué certains de ses débats et ayant débouché sur une consolidation de ses différentes structures, il lui revient de confirmer maintenant de façon claire son adhésion aux engagements pris par sa plus haute autorité. Ceci non pas en dissertant à perte de vue sur les idées ainsi lancées, mais en s’employant de façon très concrète à leur donner un contenu précis dans tous les domaines de la gouvernance publique.

Convenons-en, l’enjeu est énorme puisque les deux grands scrutins de 2021 et 2022 ne sont pas gagnés d’avance étant donné la gravité des problèmes que le Congo doit résoudre rapidement s’il veut reprendre sa marche en avant vers le développement durable.

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 12/8/2020 | Terre d’école
▶ 11/8/2020 | Vaccin
▶ 10/8/2020 | Unité
▶ 7/8/2020 | Aptitudes
▶ 6/8/2020 | Drame
▶ 5/8/2020 | Transport en commun
▶ 4/8/2020 | Opposition
▶ 3/8/2020 | Attention !
▶ 1/8/2020 | Liste