Ébola : des essais cliniques des trois molécules expérimentales

Jeudi 6 Décembre 2018 - 18:28

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

L'étude est l’une des composantes importantes à la réponse contre la maladie qui est revenue près de dix fois depuis son apprition en République démocratique du Congo (RDC).

Le directeur de l’Institut national de recherche biomédicale (INRB) de la RDC, Jean-Jacques Muyembe, a annoncé, le 6 décembre, l’essai clinique des trois molécules expérimentales sur le virus Ébola. Selon ce médecin virologue et professeur d’université, ces médicaments sont testés sur trois cent trente-six malades atteints de la maladie, à Beni, dans l’est du pays. Une quatrième molécule sera expérimentée, après l’avenant du protocole des trois premières.

Le Pr Jean-Jacques Muyembe a noté que ce test consiste à montrer l’efficacité et l’innocuité de ces trois médicaments, en vue d’en trouver un seul capable de traiter la maladie à virus Ébola. Ces trois molécules soumises à l’essai clinique renforcé sont le Remdesir, le Zmap et le Mab114. Ces trois cent trente-six malades passent le test, en raison de cent douze par groupe.

Pour le directeur l’INRB,  cette épidémie est loin d’être terminée. Et les méthodes traditionnelles utilisées pour rompre la chaîne de transmission par l’isolement des malades, la prise en charge, les funérailles sécurisées, la mobilisation sociale ne suffisent pas. « Nous voulons maintenant traiter les malades, nous les traitons avec quatre molécules que l’OMS a autorisées », a expliqué le Pr Jean-Jacques Muyembe.

Une étude étendue sur cinq ans

Le chercheur congolais a affirmé que la durée et la taille de l’essai clinique peut aller jusqu’à cinq ans. À l’en croire, il est difficile, dans une seule épidémie, de disposer de ces trois cent trente-six malades pour composer l’échantillon voulu. C’est pourquoi, il a été décidé que cette étude pourrait durer cinq ans, avec possibilité de s’étendre à d’autres pays que la RDC. Le Pr Jean-Jacques Muyembe a, par ailleurs, assuré, s’agissant de la question éthique, qu’il avait reçu l’autorisation du Comité d’éthique, de l’autorité nationale de la règlementation et du Comité scientifique indépendant.

Lucien Dianzenza

Légendes et crédits photo : 

Des tenues adaptées pour gérer les malades d'Ébola /droits tiers

Notification: 

Non