Opinion

  • Éditorial

Aménagement

Mardi 20 Juillet 2021 - 20:16

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Alors que progressent à grands pas les réformes de la gouvernance publique qui figurent en tête des priorités du nouveau gouvernement, rien n’est plus important, du moins le croyons-nous, que d’accélérer l’aménagement du territoire dont les bases ont été jetées il y a deux décennies mais que les difficultés économiques et financières rencontrées ces dernières années ont profondément perturbé. Avec comme conséquence un ralentissement de la croissance dans les différents départements que la population paie maintenant au prix fort.

 

Aménager le territoire c’est, d’abord, doter chaque département des voies de communication qui permettront à leurs habitants de circuler librement et aisément, donc de développer leurs activités afin de gagner l’argent nécessaire pour vivre décemment. C’est, ensuite, construire et mettre en place les infrastructures de santé, d’éducation, de gestion publique qui convaincront les familles de vivre sur place et de ne pas courir le risque de se retrouver isolées dans les banlieues de grandes villes trop souvent mal équipées et instables. C’est, enfin, exploiter de façon rationnelle les ressources naturelles dont regorge le Congo, notre Congo, dans le domaine agricole entendu au sens le plus large du terme comme dans le domaine minéral avec une gestion rationnelle de ses matières premières.

 

Tout ceci, qui relève du simple bon sens, ne pourra se concrétiser que si, d’une part, l’Etat et ses différentes administrations jouent clairement la carte de la décentralisation et si, d’autre part, la société civile dans son ensemble se mobilise elle-même afin de tirer de l’aménagement du territoire les multiples avantages que celui-ci peut et doit générer. Des avancées qui n’ont rien d’utopiques étant donné la grandeur, la richesse naturelle, la diversité de l’espace géographique que nous occupons depuis des millénaires.

 

Alors qu’approchent à grands pas les scrutins locaux et nationaux qui marqueront l’année 2022, toutes celles et tous ceux qui vont briguer les suffrages des citoyens feraient bien de méditer sur ce qui est ici écrit. Et donc de mettre sur pied dès à présent les programmes qui leur permettront de placer l’aménagement du territoire au coeur de leurs engagements à venir.

 

Parole d’observateur !

 

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 24/7/2021 | Hommages
▶ 23/7/2021 | Ponctualité
▶ 22/7/2021 | Racisme !
▶ 21/7/2021 | Tassement
▶ 20/7/2021 | Aménagement
▶ 19/7/2021 | Remise en ordre
▶ 17/7/2021 | Dette intérieure
▶ 15/7/2021 | Civisme
▶ 14/7/2021 | Ecouter le Congo
▶ 13/7/2021 | Succession