Opinion

  • Éditorial

Belles voix

Lundi 29 Mai 2023 - 18:00

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


À la suite du rendez-vous de Sibiti, dans le département de la Lekoumou, Paris accueille ce 31 mai la cérémonie de promotion de la 11e édition du Festival panafricain de musique (Fespam). La fête des plus belles sonorités africaines et de ses fécondes diasporas disséminées à travers les cinq continents se déroulera au mois de juillet à Brazzaville, lieu emblématique de ce rendez-vous exceptionnel de la parole chantée depuis un quart de siècle.

Cette nouvelle édition consacre la relance du Fespam après quelques années d’un passage à vide justifié par des contingences internes et externes. Sur la place de Paris, c’est à l’Unesco que va s’écrire cette nouvelle page de la longue histoire musicale qui fait de l’Afrique l’un des coins de la planète où la richesse culturelle portée par le son et le chant est l’une des plus partagées. La rumba, rythme dont se sont appropriés les deux Congo jusqu’à son inscription au patrimoine culturel de l’humanité en est l’éloquent témoignage.

Au moment où les experts et décideurs, les amoureux de la bonne musique, les chercheurs et autres partenaires séduits par ce secteur d’activités à l’inclination humaine indéniable s’investissent pour la réussite de cette fête conçue par l’Union africaine, réjouissons-nous qu’ils aient une pensée pour les créateurs partout où ils se trouvent. Le thème choisi pour la commémoration de l’événement : « Envol de la base identitaire vers les vertices du patrimoine de l’humanité » est en soi une exigence de reconnaissance à leur endroit.

Les belles voix qui monteront sur les scènes colorées du Fespam à Brazza-la-verte dans quelques semaines déclameront tous les rythmes identitaires anciens et nouveaux pour nous rappeler que la musique est un ruisseau de variétés qui jamais ne tarit. A tous ceux qui, de près ou de loin, ont rendu possible la tenue de cette nouvelle édition d’en faire le tremplin à partir duquel, de génération en génération, les options novatrices pérenniseront ce rassemblement de la jeunesse africaine.

Comme le sport, comme le cinéma et la littérature, la musique a droit à ses lettres de noblesse. Ecrivons-les ensemble en écoutant des sonorités entraînantes. En dansant !

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 3/10/2023 | L’école
▶ 3/10/2023 | Motocyclette
▶ 30/9/2023 | Forêt
▶ 28/9/2023 | Système éducatif
▶ 27/9/2023 | Nouveau départ
▶ 26/9/2023 | Construire
▶ 23/9/2023 | Le cycle kaki
▶ 21/9/2023 | Modèle
▶ 20/9/2023 | Coup d’éclat
▶ 18/9/2023 | Pension