Opinion

  • Éditorial

Cacao

Lundi 17 Juin 2024 - 19:11

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


La filière cacao pourrait, dans les années à venir, renaître de ses cendres. A cet effet, les acteurs de la société civile, des secteurs public et privé se sont retrouvés à Brazzaville en vue d’identifier les moyens de relancer et de développer cette culture agricole commerciale.

Le cacao a connu de bons résultats en République du Congo dans les années 70 et 80. Il était cultivé à grande échelle dans les Plateaux, la Lékoumou, la Cuvette, la Cuvette-Ouest, la Sangha, la Likouala, la Bouenza et le Niari.

La ville de Ouesso, chef-lieu de la Sangha, était jadis considérée comme le grenier du cacao dans le pays. Les techniciens de l’ex-Office du café et du cacao sillonnaient les bassins de production pour acheter les fèves destinées à l’exportation.

Les jeunes se ruaient en période de vacances vers les villages pour prêter main forte aux parents dans la culture et la récolte. C’était la belle époque avant que la production cacaoyère ne soit abandonnée faute d’acheteurs  locaux et d’assistance technique.

La relance de la filière impose donc l’accompagnement et l’encadrement des producteurs, le développement de la recherche, la réglementation adaptée et la structuration de la vente du produit. Mais un engagement soutenu des acteurs concernés et de l'Etat est aussi nécessaire si l’on veut que la culture du cacao retrouve sa place dans l’agriculture congolaise et ouvre de nouvelles perspectives économiques.              

               

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 20/7/2024 | Brazza vit
▶ 18/7/2024 | Aveu
▶ 17/7/2024 | Pour l’honneur !
▶ 15/7/2024 | Un pas
▶ 13/7/2024 | Double braconnage
▶ 11/7/2024 | Atout indéniable
▶ 10/7/2024 | Donner plus
▶ 8/7/2024 | Survie
▶ 6/7/2024 | Vers 2026