Opinion

  • Éditorial

Cadre de vie

Samedi 9 Décembre 2023 - 20:29

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Comme par miracle, les principales avenues de Brazzaville naguère obstruées par des commerces de toutes sortes sont sorties du tumulte. Du premier arrondissement au neuvième, l’opération « Rendons nos villes propres » lancée dans le sillage de la tenue au mois d’octobre dernier du sommet des trois bassins forestiers tropicaux aura eu un effet d’entraînement sur l’assainissement de la capitale. On respire un peu mieux !

Et pourtant, l’effort attendu des autorités municipales pour maintenir le cap reste colossal. Non seulement, en trompe-l’œil, certains commerçants grignotent un peu de place là où ils avaient été déguerpis, mais les ordures provenant de leur activité et des ménages s’accumulent dans les caniveaux rendus inutilisables.

L’autre problème, il faut le reconnaître, est que cette initiative pour l’embellissement de la capitale met les vendeurs dans l'embarras. Ils sont nombreux qui ne savent plus où exposer leurs marchandises. Depuis longtemps, ils ont déserté les marchés publics préférant occuper la rue arguant, entre autres raisons, que dans les espaces dédiés la clientèle se fait rare.

A leur décharge, il faut reconnaître que ces marchés sont encombrés, insalubres, difficiles d'accès et l’on peut dire que les pouvoirs publics ne se sont pas suffisamment investis dans leur viabilisation. Le problème reste donc entier et nécessite que l'on s'en occupe courageusement. L'amélioration du cadre de vie de la collectivité en dépend.

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 17/2/2024 | Nos enfants à l'école
▶ 15/2/2024 | Remise à plat
▶ 15/2/2024 | Rire écolo !
▶ 15/2/2024 | Se projeter
▶ 12/2/2024 | Manuels
▶ 10/2/2024 | ça se passe à l'école
▶ 9/2/2024 | Eclairage
▶ 9/2/2024 | Soft power
▶ 9/2/2024 | Serment
▶ 6/2/2024 | Danger