Opinion

  • Éditorial

Cimetières

Mardi 7 Novembre 2023 - 18:39

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Le 1er novembre de chaque année, les membres du gouvernement et les citoyens sont mobilisés pour déposer les gerbes de fleurs sur les stèles érigées dans les cimetières publics des villes congolaises en vue d’honorer la mémoire de nos disparus.

Ce rituel constitue un acte d’affection et de reconnaissance pour ceux qui nous ont été chers et qui ne sont plus de ce monde. Cependant, les citoyens sont sidérés de constater que les cimetières sont devenus de grands refuges de reptiles nuisibles et de bandits parce qu’ils sont envahis par les herbes.

Les mairies doivent régulièrement entretenir ces lieux mémorables qui sont, dans la culture africaine, considérés comme les dernières demeures des défunts. Plus les cimetières sont bien entretenus, moins il y a d’actes de vandalisme et de spoliation qui y sont perpétrés.    

L’effort des vivants doit consister à faire que les sépultures soient maintenues propres autant que les villes pour que soit magnifiée la maxime selon laquelle les morts ne sont jamais morts définitivement. Si l’entretien des cimetières ne se fait que chaque 1er novembre, la nature dans sa méchanceté a tout le temps de se refaire et de les ensevelir.      

 

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 13/7/2024 | Double braconnage
▶ 11/7/2024 | Atout indéniable
▶ 10/7/2024 | Donner plus
▶ 8/7/2024 | Survie
▶ 6/7/2024 | Vers 2026
▶ 5/7/2024 | Inévitable
▶ 3/7/2024 | Recruter
▶ 2/7/2024 | Trésor
▶ 29/6/2024 | Cargaison
▶ 27/6/2024 | Complexe