Opinion

  • Éditorial

Civisme

Jeudi 15 Juillet 2021 - 19:35

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Ce que nous apprend, ou plutôt nous confirme la terrible pandémie du coronavirus est bien le fait qu’aujourd’hui plus encore qu’hier le civisme est la clé du vivre- ensemble. Le civisme, c’est-à-dire le respect des règles qui permettent à l’homme moderne de vivre en paix, d’agir sans porter atteinte à son entourage, de résoudre les problèmes que génère naturellement la collectivité, de lutter efficacement contre les maux qui la menacent. D’où la nécessité, plus grande que jamais, de veiller individuellement et collectivement à ce que ce respect, sur lequel repose en fait le système démocratique dans lequel nous vivons aujourd’hui, soit protégé.

 

Si nous évoquons ici cette exigence c’est parce que, chez nous comme partout ailleurs dans le monde, la mise en place des mesures dites « barrières » qui permettent de combattre la Covid-19 et ses différents variants suscite de plus en plus de résistance au sein de la population ; chez les jeunes notamment qui perçoivent ces dispositifs comme des atteintes à leur liberté personnelle et refusent d’en appliquer les principes, notamment lors des soirées festives où ils se retrouvent nombreux et où, de ce fait, les gestes barrières sont délibérément rejetés. Avec comme conséquence que la pandémie risque de repartir et d’atteindre un niveau tel que ses effets déjà dramatiques prendront une tournure encore beaucoup plus grave.

 

L’Etat et le gouvernement ayant pris les mesures nécessaires pour éviter de tels dérapages et veillant à ce qu’elles soient appliquées strictement dans la sphère publique, il revient aujourd’hui à chacun de nous d’appliquer d’abord  strictement les mesures prises officiellement pour endiguer la pandémie du coronavirus, de faire ensuite comprendre à celles et ceux qui nous entourent pourquoi la pandémie présente constitue un danger contre lequel il importe au plus haut point de se prémunir, d’obliger enfin nos proches à respecter strictement les mesures prises pour combattre le mal.

 

Ce dont nous devons tous nous convaincre dans le temps très  particulier que nous vivons est bien le fait que le civisme n’est pas fondé seulement sur la série de règles édictées par les pouvoirs publics pour garantir la liberté individuelle et collective mais qu’il relève de la responsabilité de chacune, de chacun de nous. Autrement dit qu’il est un devoir personnel.

 

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 24/7/2021 | Hommages
▶ 23/7/2021 | Ponctualité
▶ 22/7/2021 | Racisme !
▶ 21/7/2021 | Tassement
▶ 20/7/2021 | Aménagement
▶ 19/7/2021 | Remise en ordre
▶ 17/7/2021 | Dette intérieure
▶ 15/7/2021 | Civisme
▶ 14/7/2021 | Ecouter le Congo
▶ 13/7/2021 | Succession