Opinion

  • Éditorial

Conseil

Mardi 4 Janvier 2022 - 11:07

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Le chef de l’Etat français, Emmanuel Macron, assumant depuis le 1er janvier la lourde tâche de la présidence du Conseil de l’Union européenne, l’on peut être certain que le resserrement des liens avec notre continent, l’Afrique, figurera pendant au moins les six mois à venir en tête de liste des priorités de cette communauté qui figure en bonne place parmi les grandes puissances de la planète.

Loin d’être un pari sur le proche avenir, ce qui est ici écrit relève du simple bon sens: d’abord parce que le président de la France, qui vit les derniers mois de son quinquennat, l’a énoncé clairement tout au long des derniers mois ; ensuite parce que le Vieux continent a tout à gagner à nous accompagner activement dans notre longue marche vers le développement durable; enfin parce que tout nous rapproche de lui à commencer par l’histoire, les langues, la culture, les échanges commerciaux, la réponse aux défis de notre époque en bonne place desquels figure la protection de la nature et la lutte contre le dérèglement climatique.

Dans ce contexte très particulier s’il est un conseil que l’on doit donner à nos propres dirigeants, c’est bien celui de s’accorder pour faire entendre à Bruxelles de façon plus forte la voix des peuples africains. Les moyens matériels dont disposent, en effet, les vingt-sept pays membres de l’Union européenne sont tels que leur mobilisation à nos côtés ne peut avoir que des résultats positifs. Ceci est d’autant plus vrai que la crainte générée par l’afflux des migrants sur le sol européen s’accroît de jour en jour et que la seule façon de le réduire, voire même de le supprimer résultera de notre croissance économique, de notre émergence.

Peu importe, au fond, qu’Emmanuel Macron soit ou ne soit pas candidat à sa propre succession au Palais de l’Elysée, ce qui n’est pas encore joué quoi qu’en disent les médias français. L’important est que nous profitions de son mandat à la tête du Conseil de l’Union européenne pour énoncer cette vérité de simple bon sens que toutes les grandes puissances ont comprise : l’Afrique, notre Afrique, est un acteur incontournable de la communauté mondiale du fait de son poids démographique, de la jeunesse et du dynamisme de sa population, de l’ampleur de ses ressources naturelles, du rôle qu’elle est appelée à jouer dans la protection de l’environnement mondial. Mettons donc à profit le temps présent, où nous avons en Europe un partenaire convaincu, pour nous faire mieux entendre.

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 15/1/2022 | Reconduction 2
▶ 13/1/2022 | Maintenance
▶ 12/1/2022 | Pied de grue...
▶ 11/1/2022 | Fossé
▶ 10/1/2022 | Soutien
▶ 8/1/2022 | Offre de service
▶ 6/1/2022 | Voix
▶ 6/1/2022 | Reconduction 1
▶ 5/1/2022 | Campagne
▶ 4/1/2022 | Conseil