Opinion

  • Éditorial

A coup sûr …

Jeudi 2 Septembre 2021 - 20:15

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Ce qui ressort à l’évidence de la longue et fructueuse visite de notre Premier ministre à Paris est bien le fait que le Congo est perçu, malgré les problèmes économiques et financiers auxquels il se trouve confronté, comme le pays le plus stable, donc le plus sûr de la vaste zone humaine de l’Afrique centrale. Et que, de ce fait, s’il poursuit les réformes de sa gouvernance publique engagées par ses plus hautes autorités, il verra affluer vers lui les capitaux publics et privés qui accélèreront fortement « la Marche en avant vers le développement relancée dès le début de ce nouveau quinquennat ».

Pour bien comprendre ce qui va se passer dans les prochains mois, il faut avoir présent à l’esprit le fait que les cartes se rebattent sur la scène stratégique mondiale et que, dans ce nouveau contexte, les Grands de ce monde doivent mieux prendre en compte le niveau de sécurité, de stabilité, de paix intérieure dont bénéficient leurs alliés présents ou futurs. Ayant tenté tout au long des dernières décennies de s’installer durablement dans des régions potentiellement très riches en raison des ressources naturelles qu’elles détiennent, les Etats-Unis, la Russie, l’Europe et dans une moindre mesure la Chine se sont avérés incapables de tisser des liens durables avec les pays concernés. Ce qui vient de se passer en Afghanistan et qui se dessine plus près de nous dans la région du Sahel le confirme.

D’où l’attention que portent aujourd’hui et vont de plus en plus porter les nations riches sur un Tiers-monde africain en pleine effervescence. Une attention qui se traduira, tout naturellement, par un renforcement de leurs relations avec les pays dotés d’une bonne gouvernance garantissant le fait que les capitaux investis sur leur territoire ne seront pas mis en danger par des désordres internes dont les acteurs publics ou privés seraient les premières victimes.

Conclusion de ce qui précède : en faisant venir à Paris une équipe aussi nombreuse qu’efficace, le président Denis Sassou N’Guesso et le Premier ministre Anatole Collinet Makosso ont choisi la bonne voie pour faire mieux valoir les atouts de notre pays auprès des entreprises françaises et européennes. S’ils agissent de la même façon dans les mois à venir aux Etats-Unis, en Russie, en Chine ou en Inde, ils imposeront à coup sûr Brazzaville comme la capitale la plus stable, la plus attirante, la plus fructueuse de l’immense Bassin du Congo.

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 17/9/2021 | Au féminin
▶ 16/9/2021 | COP 26?
▶ 15/9/2021 | Qatar 2022
▶ 14/9/2021 | Egoïsme
▶ 13/9/2021 | Mobilisation
▶ 14/9/2021 | Punition collective
▶ 9/9/2021 | Constat
▶ 14/9/2021 | Enlisement
▶ 7/9/2021 | Protection
▶ 7/9/2021 | Fonds bleu