Opinion

  • Éditorial

Départ

Lundi 22 Février 2021 - 16:30

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


S’il fallait une preuve que l’Eglise catholique traverse une passe pour le moins difficile, la démission, annoncée en fin de semaine dernière à Rome, du cardinal Robert Sarah est là pour l’apporter. Acceptée par le Pape François samedi, elle marque en quelque sorte un tournant dans l’histoire de la puissante institution, l’Etat de la cité du Vatican, qui gère l’Eglise catholique depuis le 4e siècle. Pourquoi ? Mais tout simplement parce qu’elle prive l’Afrique, notre Afrique, d’une des personnalités les plus influentes de la religion chrétienne.

 

Devenu en 1979 l’évêque le plus jeune du monde, puis ayant été élevé à la dignité cardinalice par le Pape Benoît XVI, Robert Sarah avait été nommé préfet de la congrégation du culte divin et de la discipline des sacrements par le Pape François après avoir été, pendant treize ans, le numéro deux de la congrégation pour l’évangélisation des peuples. Ce poste essentiel, qu’il occupait depuis 2014, le plaçait de fait en quatrième position au sein de la Curie romaine, puissante  institution qui gouverne l’Etat du Vatican et qui gère l’Eglise sur tous les continents.

 

Il ne nous appartient pas de dire pourquoi ce prélat a choisi de se décharger des fonctions qu’il assumait au côté du Pape François, mais il nous revient, en revanche, de déplorer son départ. Originaire de la Guinée, le cardinal Sarah était, en effet, resté très proche de l’Afrique sub-saharienne et, pour cette raison, il faisait entendre avec force la voix de notre continent au plus haut niveau de l’Eglise. Ce qui avait fait de lui l’un des plus proches collaborateurs du Pape Benoît XVI avec qui il a d’ailleurs cosigné en 2020 un livre – « Des profondeurs de nos cœurs », paru aux Editions Fayard – dans lequel ils défendent avec force les valeurs sur lesquelles l’église s’est construite.

 

S’il est trop tôt pour savoir ce que le cardinal Sarah entreprendra dans les mois et les années à venir, il ne l’est pas pour prédire qu’il portera plus d’attention que jamais au continent dont il est issu, qu’il agira donc pour que la voix de ses frères africains soit mieux entendue à Rome et que leur influence s’affirme au sein de la gouvernance romaine. Bref  que la mission qu’il s’est assignée lorsqu’il a franchi les degrés du Vatican se poursuive.

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 24/2/2021 | Arguments
▶ 23/2/2021 | Rassurant !
▶ 22/2/2021 | Départ
▶ 21/2/2021 | Bons gestes
▶ 18/2/2021 | Alerte
▶ 17/2/2021 | Quinquennat
▶ 16/2/2021 | Saluons
▶ 15/2/2021 | Commerce
▶ 13/2/2021 | Mandat
▶ 11/2/2021 | Vigilance