Opinion

  • Éditorial

Education

Mercredi 20 Avril 2022 - 12:51

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Former l’homme est le but assigné à l’éducation selon le philosophe et père de la pédagogie moderne, Comenius. L’association « Dynamique pour la promotion de l’éducation de qualité pour tous et développement » s’est appropriée cette assertion et en a fait l’un des points de son plaidoyer sur l’éducation de qualité au Congo.

Depuis plusieurs années, constatant que l’école congolaise fait face à de multiples problèmes endogènes et exogènes, cette organisation multiplie les initiatives dans la perspective de susciter la convocation d’états généraux de l’éducation. 

 Les grandes lignes de cette ambition sont définies dans ce que les initiateurs du projet appellent un « plan Marshall » destiné à sauver l’école congolaise.

Selon cette association, les maux qui minent ce secteur social sont connus : effectifs pléthoriques dans les salles de classe, manque d’enseignants qualifiés en particulier à l’intérieur du pays, absence de bibliothèques et laboratoires dans les établissements scolaires publics sans oublier la montée du banditisme dans les écoles au niveau des grandes agglomérations.

Pour les défenseurs de l’éducation de qualité, il est temps d’attaquer le mal à la racine. Les pouvoirs publics ont entendu cet appel en instituant un Haut-commissariat aux états généraux de l’éducation.  

L’attention des Congolais est maintenant tournée vers cette institution qui attend de fixer l’opinion sur sa feuille de route.

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 4/7/2022 | Jeunes
▶ 4/7/2022 | Entr'acte
▶ 30/6/2022 | Culture
▶ 29/6/2022 | Enjeu
▶ 28/6/2022 | Retour
▶ 27/6/2022 | Pont route-rail
▶ 25/6/2022 | Indexés
▶ 24/6/2022 | Se mobiliser
▶ 23/6/2022 | Billetterie informatisée
▶ 22/6/2022 | Conservation