Opinion

  • Éditorial

Emploi

Mardi 8 Juin 2021 - 19:06

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


La formation des jeunes – filles et garçons à égalité – figurant en bonne place dans les priorités du quinquennat qui débute et le Premier ministre, Anatole Collinet Makosso, connaissant parfaitement le sujet en raison du poste ministériel qu’il a occupé pendant plusieurs années, l’on peut être certain que l’éducation, entendue au sens large, va bénéficier d’un soutien public qui permettra à ses différents acteurs de mener à bien leur mission dans les meilleures conditions. Mais va aussi se poser très vite le problème majeur qui découle mathématiquement de cette avancée sociale : l’emploi,

 

L’emploi entendu au sens large, c’est-à-dire la création sur toute l’étendue du territoire et dans tous les domaines de postes de travail qui permettront à chaque fille, à chaque garçon d’organiser librement sa vie personnelle, de choisir son emploi en fonction du savoir qu’il a acquis, de bénéficier du confort personnel que procure un emploi bien rémunéré, de fonder une famille qui elle-même contribuera à l’essor de notre pays. Bref, de garantir aux nouvelles générations une vie confortable qui elle-même accélèrera notre longue marche vers le développement durable.

 

Dans le moment présent, hélas !, l’emploi des jeunes est l’un des problèmes majeurs que le Congo, comme la plupart des pays émergents, doit résoudre s’il veut asseoir sa société civile sur des bases solides. En témoignent les tensions qui se multiplient dans les quartiers populaires des grandes cités et la stagnation inquiétante du niveau de vie dans les zones rurales. Deux problèmes auxquels les pouvoirs publics vont devoir s’attaquer résolument s’ils veulent que ce quinquennat soit effectivement celui de la marche en avant, du progrès, de la paix et de la sécurité intérieure.

 

D’où l’idée de simple bon sens que l’Etat doit, sans attendre, mettre en œuvre des politiques visant à favoriser, à soutenir toutes celles et tous ceux qui sont en mesure de créer des emplois dans tous les secteurs de l’économie : agriculteurs, artisans, commerçants, chefs d’entreprises petites et grandes … S’il le fait dans le même temps où il renforce le système éducatif du haut en bas de la pyramide, il permettra la concrétisation du programme sur lequel la plus haute autorité de l’Etat, le président de la République, s’est fait élire le 21 mars dernier. L’enjeu en vaut la chandelle, comme on dit, en langue populaire !

 

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 17/6/2021 | Ndji-Ndji
▶ 17/6/2021 | Valeurs
▶ 17/6/2021 | Fardeau
▶ 15/6/2021 | Dans le bon sens
▶ 14/6/2021 | Equilibre
▶ 12/6/2021 | Tensions
▶ 11/6/2021 | Fleuve Congo
▶ 10/6/2021 | Jeu de tweets
▶ 8/6/2021 | Emploi
▶ 7/6/2021 | Conseil de sécurité