Opinion

  • Éditorial

Exemple

Mercredi 13 Octobre 2021 - 14:49

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Dans le moment très particulier que nous vivons où des obstacles de toutes sortes se dressent sur la route que nous suivons afin d’asseoir sur des bases plus solides notre développement durable, il convient de rappeler à l’Etat que ses administrations et ses services publics doivent montrer l’exemple. Montrer l’exemple, c’est-à-dire privilégier l’austérité, lutter contre les déviances et la concussion, réduire le plus possible les dépenses publiques, veiller à ce que chacun de leurs agents travaille efficacement, bref lancer à la société civile des messages audibles sur leur volonté d’agir dans le bon sens.

Cette tâche, dira-t-on, est clairement assumée par les plus hautes autorités de l’Etat, le président de la République et son Premier ministre tout spécialement, qui l’ont inscrite en tête des priorités du présent quinquennat et qui ne cessent de le souligner lorsqu’elles prennent publiquement la parole. Mais en dépit de cet engagement au sommet de la nation, nombreux sont encore ceux et celles qui, dans la sphère publique, ne s’en préoccupent guère et qui préfèrent tirer un profit personnel de la mission dont ils ou elles ont la charge.

Chez nous comme partout ailleurs dans le monde, le puissant appareil étatique dont dépend pour une large part le progrès économique et social collectif laisse apparaître des failles qui ralentissent, voire même empêchent les avancées attendues par la population dans son ensemble. Bien visibles au niveau national, ces failles le sont nettement moins au niveau départemental et local alors même qu’elles impactent encore plus durement la vie quotidienne des citoyennes et des citoyens. D’où l’idée selon laquelle une véritable campagne devrait être lancée du haut en bas de l’appareil administratif pour rappeler à chaque agent sa responsabilité personnelle dans la concrétisation de la « marche en avant » qui doit marquer le présent quinquennat.

Pour dire les choses de façon encore plus directe, il nous semble que la mise en ordre de l’Etat, de ses administrations, de ses services publics devrait figurer en bonne, très bonne place dans le programme que présenteront tous ceux qui, dans l’année à venir, brigueront les suffrages des Congolaises et des Congolais, au plan national comme au plan départemental et local. Les campagnes qui précèderont ces échéances électorales seront, en effet, un moment idéal pour expliquer aux citoyens ce qui sera fait dans les prochaines années pour répondre à leurs attentes légitimes.

Convenons-en, le temps qui vient est propice pour une telle avancée.

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 27/10/2021 | Khartoum
▶ 26/10/2021 | Poumon
▶ 25/10/2021 | Et le coronavirus …
▶ 23/10/2021 | Consommation
▶ 21/10/2021 | Alarme
▶ 20/10/2021 | COP26: message du Congo
▶ 19/10/2021 | Sécurité
▶ 18/10/2021 | Vulnérabilité
▶ 16/10/2021 | "Coup de poing"
▶ 14/10/2021 | Union