Opinion

  • Éditorial

Intégration

Jeudi 20 Janvier 2022 - 19:13

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


S’il fallait une preuve que l’intégration régionale est bien le grand enjeu de la décennie en cours pour l’immense et potentiellement très riche communauté du Bassin du Congo, l’appel lancé mercredi par Denis Sassou N’Guesso lors du passage de témoin à son homologue Félix Tshisekedi est bien là pour l’apporter. Elle confirme le fait que la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC), au cœur de laquelle se trouvent les deux Congo, mettra tout en œuvre dans les années à venir pour abaisser les barrières artificielles qui séparent ses peuples et faire ainsi d’elle le principal moteur de l’émergence africaine sur la scène internationale.

Figurant au cœur de la stratégie que notre propre président a définie au sortir des troubles de la fin du siècle précédent, la création de la communauté du Bassin du Congo va bien au-delà de l’économie, de la finance, du commerce. Elle vise à faire de cette partie du monde l’un des grands acteurs du développement durable en mettant mieux en valeur les vastes ressources naturelles qu’elle détient, en développant les échanges internes des onze pays qui la composent, en apaisant les tensions qui menacent de la déstabiliser, en impliquant le Bassin du Congo dans la lutte contre le dérèglement climatique et pour la protection de la nature dont dépend pour une large part la survie de l’espèce humaine. Autrement dit en jouant la carte de la fraternité.

L’attention croissante que portent toutes les grandes puissances à l’émergence de cette partie du monde confirme, s’il en était besoin, que le mouvement historique qui s’y précise de jour en jour est d’ores et déjà perçu par elles comme l’un des actes majeurs de ce siècle. Avec comme conséquence très concrète leur implication sous diverses formes dans la marche en avant qui se précise sur toute l’étendue de l’Afrique centrale afin d’en tirer de justes bénéfices ; une implication dont l’Europe, la Chine, la Russie, les Etats-Unis, l’Inde témoignent de plus en plus clairement et qui ne peut avoir que de bonnes retombées si l’intégration sous-régionale s’accélère.

Dans ce contexte très positif, deux exigences s’imposent comme devant figurer en tête des objectifs stratégiques de la CEEAC : protéger la paix sur toute l’étendue du Bassin du Congo et la restaurer partout où elle est menacée.

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 23/5/2022 | Professionnalisation
▶ 21/5/2022 | Intégration
▶ 19/5/2022 | A quel coût ?
▶ 19/5/2022 | Promotion
▶ 17/5/2022 | Déguisement
▶ 16/5/2022 | Monnaie électronique
▶ 14/5/2022 | Seconde zone
▶ 13/5/2022 | Routes
▶ 12/5/2022 | Coureurs
▶ 11/5/2022 | Mathématiques