Opinion

  • Éditorial

Jeunesse

Lundi 12 Avril 2021 - 18:39

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


La cérémonie d’investiture du président Denis Sassou N’Guesso devant se dérouler ce vendredi à Brazzaville, il est important de rappeler, de souligner même, que ce nouveau quinquennat sera marqué par la priorité donnée à la jeunesse congolaise. Priorité que le président-candidat n’a pas cessé de détailler tout au long de sa campagne électorale et qui va donc se trouver au cœur de l’action gouvernementale de l’an 2021 à l’an 2026.

En bonne logique et si l’on comprend bien ce qui a été dit et répété durant les deux semaines de cette longue et fertile campagne trois grands axes seront suivis par l’Etat : la formation, l’emploi, l’éducation civique.

° Faire en sorte que chacune et chacun des jeunes congolais, où qu’il vive et quels que soient les moyens dont dispose sa famille, puisse se former et donc acquérir le savoir qui lui permettra de travailler, de vivre bien lorsqu’il aura atteint l’âge adulte et devra donc se prendre totalement en charge figure à juste titre en tête des objectifs fixés. Mais pour y parvenir il faudra que le système éducatif, de l’école primaire à l’université, dispose des moyens humains, techniques et financiers suffisants. Une véritable révolution en perspective !

° Cette étape franchie, il faudra que le système économique très libéral dans lequel nous vivons s’adapte aux exigences du plein emploi. Autrement dit que les administrations et les services publics ne soient plus perçus par les nouvelles générations comme le viatique de chaque citoyen mais que les entreprises privées, petites et grandes, l’artisanat, le commerce, l’agriculture, la pêche et l’élevage soient soutenus de mille et une façons par les pouvoirs publics. Avec comme effet immédiat la réduction du chômage qui gangrène notre société.

° Tout au long de ce double processus, il faudra veiller à ce que les valeurs sur lesquels est fondée notre société soient mises en valeur, enseignées aux jeunes de tous âges qui en constitueront demain la base. Autrement dit que l’éducation civique, entendue dans son sens le plus large, soit inscrite en bonne, très bonne place dans les programmes éducatifs tout au long du processus qui conduira les jeunes congolais de l’enfance à la maturité. Une pièce essentielle de ce quinquennat dont nous vivons les premiers moments.

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 11/5/2021 | Cyberattaques
▶ 10/5/2021 | Nature
▶ 8/5/2021 | Poubelles!
▶ 6/5/2021 | Nouvelle page
▶ 6/5/2021 | Musicalité
▶ 5/5/2021 | Diplomatie
▶ 3/5/2021 | Accablant !
▶ 1/5/2021 | Médiation
▶ 29/4/2021 | Web-série