Opinion

  • Éditorial

Mieux communiquer

Lundi 23 Août 2021 - 20:00

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Dans le moment très particulier que nous vivons comme tous les peuples de la terre, nous avons entre les mains tous les atouts nécessaires pour tirer de grands bénéfices des crises en cours dans le monde. Au cœur de ces atouts figurent, en effet, la stabilité intérieure de notre pays, le dynamisme de ses nouvelles générations, la volonté des plus hautes autorités de la République de poursuivre la marche en avant décidée au lendemain des guerres civiles de la fin du siècle précédent, l’abondance des ressources naturelles que détient notre territoire, l’attention que nous portent pour ces différentes raisons les grandes puissances mais aussi les investisseurs du monde riche, le rôle croissant que nous jouons dans la protection de la nature et la lutte contre le dérèglement climatique.

Même si un tel propos paraîtra fou à certains de nos lecteurs, le Congo est aujourd’hui l’un des pays d’Afrique qui est le mieux positionné pour accélérer sa croissance interne en dépit de la crise qui le frappe comme toutes les nations du continent. Mais encore faut-il que, du haut en bas de l’échelle sociale, chez nous, les actrices et les acteurs de ce grand mouvement prennent conscience de l’importance de l’enjeu présent et s’engagent personnellement, collectivement, dans la belle aventure qui se profile à l’horizon. Ce qui n’est pas encore le cas même si des signes positifs sont envoyés par la société civile.

D’où l’idée de simple bon sens selon laquelle l’un des axes majeurs de la politique que doivent suivre les pouvoirs publics est bien celui de mieux communiquer. Autrement dit, de détailler les conséquences très positives que peuvent avoir les différentes actions lancées par le premier gouvernement du nouveau quinquennat et d’inciter les acteurs économiques, petits ou grands, à accélérer leur propre marche en avant. Non seulement alors l’État et le gouvernement rassureront ceux qui doutent encore du nouveau bond qui se dessine, mais ils convaincront aussi les opérateurs extérieurs de s’engager plus fortement afin d’en tirer de grands et justes profits.

La forte présence de l’équipe que le Premier ministre, Anatole Collinet Makosso, dirige aujourd’hui à Paris, dans le cadre de l’université d’été du puissant Mouvement des entreprises de France, témoigne de cette volonté. Mais encore faut-il que sa communication soit à la hauteur de l’enjeu.

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 18/9/2021 | Tribune
▶ 17/9/2021 | Au féminin
▶ 16/9/2021 | COP 26?
▶ 15/9/2021 | Qatar 2022
▶ 14/9/2021 | Egoïsme
▶ 13/9/2021 | Mobilisation
▶ 14/9/2021 | Punition collective
▶ 9/9/2021 | Constat
▶ 14/9/2021 | Enlisement
▶ 7/9/2021 | Protection