Opinion

  • Éditorial

Migrations

Lundi 29 Novembre 2021 - 18:26

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Les drames mortels qui se multiplient en Europe ces derniers temps sont là pour le démontrer de façon implacable : l’afflux des migrants vers les pays riches de l’Union européenne ne fera que s’aggraver dans les semaines, les mois, les années à venir et rien, contrairement à ce qui se dit dans les cercles gouvernementaux de cette partie du monde, ne pourra l’empêcher.

Rien sauf le fait « d’aider l’Afrique à se développer sur place et faire en sorte que les jeunes trouvent du travail et restent chez eux » comme l’a dit avec force, jeudi dernier, sur l’antenne d’Europe 1, le cardinal guinéen Robert Sarah. Un rappel de bon sens énoncé par un membre éminent de la Curie Romaine qui est particulièrement bien placé pour observer la dérive générale que provoquent en Afrique, au Proche et au Moyen-Orient, en Asie du sud, en Amérique latine le sous-développement, la misère, les pandémies, les conflits ethniques et religieux, le désordre politique.

Ce que doivent comprendre les nations riches de l’hémisphère nord, c’est bien le fait que si elles ne se mobilisent pas enfin sérieusement afin d’aider les pays émergents à résoudre rapidement les problèmes très matériels auxquels ceux-ci se trouvent aujourd’hui confrontés, leurs propres populations verront s’accélérer les migrations dites « sauvages », c’est-à-dire ingérables au sens propre du terme. Avec, d’une part, la multiplication de drames semblables à celui qui vient de coûter la vie à vingt-sept humains dans la Manche et, d’autre part, une montée des tensions sociales dont les effets politiques seront à tous égards désastreux.

Prendre en compte avec la plus grande attention ce que dit le cardinal Robert Sarah, qui porte tout à la fois la parole des Africains et celle de l’Eglise catholique, s’impose aujourd’hui. Si, en effet, les nations riches ne se mobilisent pas rapidement au côté des nations émergentes en leur apportant les moyens nécessaires pour mettre en valeur les ressources naturelles qu’elles détiennent et, de ce fait, créer les emplois qui permettront à leurs populations de vivre mieux, elles paieront demain au prix fort, très fort, leur refus de regarder la vérité en face.

Dans le monde très matérialiste où nous vivons, écouter la parole de Dieu que relaient les plus hautes autorités de l’Eglise est plus que jamais nécessaire.

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 18/1/2022 | Absurde !
▶ 17/1/2022 | Violences
▶ 15/1/2022 | Reconduction 2
▶ 13/1/2022 | Maintenance
▶ 12/1/2022 | Pied de grue...
▶ 11/1/2022 | Fossé
▶ 10/1/2022 | Soutien
▶ 8/1/2022 | Offre de service
▶ 6/1/2022 | Voix
▶ 6/1/2022 | Reconduction 1