Opinion

  • Éditorial

Nouvelle page

Jeudi 6 Mai 2021 - 20:24

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Le président de la République ayant accepté, mercredi, la démission du Premier ministre et de son gouvernement, une nouvelle page de l’Histoire moderne du Congo est sur le point de s’ouvrir. Non parce que Clément Mouamba ou ses ministres auraient mal géré les affaires de l’Etat durant leur mandature, mais parce que deux séries d’évènements se conjuguent désormais qui auront inévitablement, et pas seulement chez nous, des effets importants sur la gouvernance publique tout au long des cinq années à venir.

 

° La première série de ces évènements nait de la conjoncture très particulière dans laquelle elle s’inscrit. Avec, au cœur de ce temps, la crise mondiale aux effets multiples que la pandémie du coronavirus Covid-19 et ses différents « variants » a provoquée, crise dont les Etats doivent tirer dès à présent les conséquences dans les domaines très divers de la santé, de l’économie, de la finance, de la gestion des affaires publiques, du commerce mondial, de l’environnement, de la sécurité intérieure et extérieure.

 

° La deuxième série de ces évènements résulte des engagements que le président candidat Denis Sassou N’Guesso a pris tout au long de sa campagne électorale en parcourant les départements du Congo les uns après les autres afin de garantir aux populations que ce nouveau quinquennat sera bien celui du changement, de la diversification de l’économie, de la mise en ordre de la gouvernance publique, de l’essor des jeunes générations, de l’accélération du progrès social, bref d’un nouveau bond en avant dont chacun profitera.

 

Mettre en place une équipe resserrée, jeune, dynamique, décomplexée, ambitieuse, ouverte sur le monde et consciente de l’importance des défis qu’elle doit relever est tout l’enjeu des décisions que le chef de l’Etat prendra dans les prochains jours, sinon même les prochaines heures. Un enjeu sur lequel il a longuement réfléchi ces dernières semaines en se retirant dans son village natal d’Edou, près d’Oyo, sur les bords de la rivière Alima où il a pris toutes les décisions importantes ayant marqué son parcours personnel.

 

N’anticipons pas sur les décisions à venir, mais disons sans l’ombre d’un doute qu’elles ouvriront une nouvelle page de notre histoire collective.

 

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 17/6/2021 | Ndji-Ndji
▶ 17/6/2021 | Valeurs
▶ 17/6/2021 | Fardeau
▶ 15/6/2021 | Dans le bon sens
▶ 14/6/2021 | Equilibre
▶ 12/6/2021 | Tensions
▶ 11/6/2021 | Fleuve Congo
▶ 10/6/2021 | Jeu de tweets
▶ 8/6/2021 | Emploi
▶ 7/6/2021 | Conseil de sécurité