Opinion

  • Éditorial

Nul ne sait …

Lundi 27 Décembre 2021 - 17:44

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


En cette fin d’année 2021 qui fut pour le moins agitée sur toute la surface du globe, nul ne sait, ni ne peut prédire ce qui se passera dans les douze mois à venir. Mais il est au moins deux sujets qui occuperont tout au long de la nouvelle année le devant de l’actualité : celui du maintien de la paix sur les cinq continents et celui du retour de la paix dans les zones géographiques où elle se trouve dangereusement menacée.

Les grandes puissances de ce temps s’avérant incapables de s’entendre sur l’essentiel qui est la prévention, la gestion des crises et les institutions mondiales chargées d’y parvenir faisant preuve d’un manque d’autorité accablant, il revient au monde dit "émergent", c’est-à-dire aux nations jeunes où vit aujourd’hui plus de la moitié de l’humanité, de faire mieux entendre la voix de la raison, du respect de l’autre, autrement dit de la paix globale.

S’il ne nous appartient pas de dire comment les nations africaines, latino-américaines, asiatiques devraient s’y prendre pour dire aux Grands de façon claire ce que leurs dirigeants ne veulent ni voir ni entendre, il nous revient d’écrire ici que le temps de cet éveil planétaire est venu. Et que la fin de l’année 2021 qui a mis en évidence les risques mortels que fait courir à notre humanité l’inconscience des très riches nations de l’hémisphère nord doit générer une réflexion globale semblable à celle qui, dans la seconde moitié du vingtième siècle, libéra les peuples soumis à la dure loi du colonialisme.

La montée sur le devant de la scène internationale des dangers mortels que font courir à l’humanité tout entière le dérèglement climatique, la dégradation de l’air, la fonte des pôles, la montée des océans qui sont autant de catastrophes dont les grandes puissances industrielles sont largement responsables lance un cri d’alarme que plus personne ne peut ignorer ou feindre d’ignorer. Et si, sur ces questions vitales, le Tiers-monde fait clairement entendre sa voix, l’on peut être certain que les lignes bougeront enfin sur ce champ hautement stratégique.

Faire en sorte que 2022 soit l’année durant laquelle l’humanité s’est enfin mobilisée pour mieux se protéger n’a rien d’illusoire.

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 23/5/2022 | Professionnalisation
▶ 21/5/2022 | Intégration
▶ 19/5/2022 | A quel coût ?
▶ 19/5/2022 | Promotion
▶ 17/5/2022 | Déguisement
▶ 16/5/2022 | Monnaie électronique
▶ 14/5/2022 | Seconde zone
▶ 13/5/2022 | Routes
▶ 12/5/2022 | Coureurs
▶ 11/5/2022 | Mathématiques