Opinion

  • Éditorial

Partants et non-partants

Mercredi 4 Novembre 2020 - 18:27

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


La date de la tenue, à Madingou, chef-lieu du département de la Bouenza, de la concertation initiée par le gouvernement avec les partis politiques n’est pas encore connue. Selon toute vraisemblance, ce sera dans les prochaines semaines, à quatre mois de l’élection présidentielle. Mais déjà, des voix se font entendre pour approuver ou désapprouver l’initiative de l’exécutif.

Comme les précédentes fois depuis 2009, à la veille du scrutin présidentiel, les acteurs politiques se retrouvent pour, en quelque sorte, mettre un peu d’eau dans leur vin beaucoup trop fermenté quand arrive le moment de la compétition pour le pouvoir. Comme les précédentes fois aussi, les partants se distingueront des non-partants par le ton des discours qui accompagnent leur vision de cette période globalement sensible.

A l’évidence, du côté de la majorité présidentielle, le soutien à la démarche du gouvernement se passe de commentaire. Chez les partis du Centre, comme parmi les organisations de la société civile, les représentants s’apprêteront pour revoir la ville qui a abrité, le 15 août 2016, le défilé de l’indépendance nationale et vécu la dernière rotation du programme de la municipalisation accélérée qui en a fait une cité fréquentable au plan infrastructurel.

Du côté de l’opposition, un peu comme d’habitude, on pourrait assister à un refus de se déplacer de certains de ses ténors. Les discours que l’on entend à ce jour renseignent par exemple que le collectif des partis de l’opposition congolaise rejette l’offre gouvernementale dans la forme qui consiste à réunir les responsables qui sont plus concernés par la course pour le fauteuil présidentiel. Les animateurs de ce groupement veulent des assises nationales, genre conférence nationale ou états généraux de la nation (?). Ce n’est pas le nom qu’ils récitent mais c’est tout comme.  

Il n’est pas certain que le point de vue de ce Collectif, dont seuls deux partis sont officiellement reconnus comme légaux l’emportera sur l’ensemble des forces de l’opposition. Attendons de voir les dividendes que les uns et les autres tireront des positions qu’ils prendront à cinq mois du rendez-vous électoral majeur de 2021.

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 26/2/2021 | Osez rêver !
▶ 25/2/2021 | Bon sens
▶ 24/2/2021 | Arguments
▶ 23/2/2021 | Rassurant !
▶ 22/2/2021 | Départ
▶ 21/2/2021 | Bons gestes
▶ 18/2/2021 | Alerte
▶ 17/2/2021 | Quinquennat
▶ 16/2/2021 | Saluons
▶ 15/2/2021 | Commerce