Opinion

  • Éditorial

Ponctualité

Vendredi 23 Juillet 2021 - 13:08

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Il est clair que la culture du mépris du temps s’étend désormais à tous les secteurs d’activité chez nous. Etre en retard au boulot, à une invitation ou même chez son médecin, débuter une cérémonie après des heures d’attente relève de plus en plus d’une espèce de norme que les Congolais justifient par plusieurs prétextes.

Le retard est ancré dans nos habitudes et fait partie d’un malaise collectif. Si l’on n’aperçoit pas aussitôt l’impact du syndrome de l’imponctualité sur la vie, ce qui est sûr, il est improductif, brise le travail d’équipe, en somme contraire au développement et traduit l’absence patente de discipline individuelle et collective.

Alors que nous essayons d’aborder la question dans ce numéro, l’exercice est évidemment loin d’être exhaustif. En jetant ce pavé dans la mare, il s’agit tout simplement d’une remise en cause d’un sujet qui fait couler tant d’encre mais qui s’enracine chaque jour au gré d’a priori et sans issues. Pourtant être en retard peut se corriger. Se respecter et se réconcilier avec sa montre est sans doute le début d’une mutation que l’on sait difficile, mais pas impossible.

Les Dépêches du Bassin Congo

Edition: 

Édition du Samedi (SA)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 26/9/2021 | Afrique centrale
▶ 24/9/2021 | Humour
▶ 23/9/2021 | Occasion
▶ 22/9/2021 | "Génie" du siècle
▶ 21/9/2021 | Migrations (suite)
▶ 20/9/2021 | Migrations
▶ 18/9/2021 | Tribune
▶ 17/9/2021 | Au féminin
▶ 16/9/2021 | COP 26?
▶ 15/9/2021 | Qatar 2022