Opinion

  • Éditorial

Raison

Mardi 22 Décembre 2020 - 19:22

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Comme il fallait s’y attendre étant donné l’importance de l’enjeu que constitue pour le Congo l’élection présidentielle de 2021, l’agitation gagne lentement mais sûrement la classe politique tout entière. Avec très logiquement, au cœur du débat qui s’instaure sur la scène publique, la composition et le rôle de la Commission nationale électorale indépendante (CNEI) dont la mission sera de veiller à la bonne tenue du scrutin à venir et de faire en sorte que les principes fondamentaux sur lesquels repose notre démocratie soient strictement respectés.

Qu’il nous soit permis, à nous simples observateurs de la scène congolaise, de rappeler aux dirigeants des partis et formations qui quadrillent l’espace politique que dans cette affaire éminemment stratégique pour l’avenir de notre pays, ils doivent tous « savoir raison garder ». C’est-à-dire débattre calmement, sereinement de l’organisation qui se met en place afin de garantir la bonne tenue des élections majeures à venir.

Dans le temps très particulier que nous vivons où la crise économique provoquée par l’effondrement des cours de l’or noir sur les marchés mondiaux et la crise sanitaire générée par le coronavirus frappent durement chacun d’entre nous, rien n’est plus important, en effet, que de veiller à ce que ne vienne pas se surajouter une crise politique qui diviserait dangereusement le pays. Autrement dit faire en sorte que la légitimité de l’institution qui garantira la bonne tenue des scrutins à venir soit indiscutable et indiscutée.

La Concertation de Madingou ayant prouvé la volonté de la classe politique d’agir dans le bon sens qui est celui de la raison, de la sérénité, de la paix intérieure, la mise en place progressive, sur toute l’étendue du territoire national, du processus qui garantira la bonne tenue des prochaines élections est stratégique au sens propre du terme. La tentation étant forte, dans le camp de l’opposition, d’en contester par avance les résultats en jetant la suspicion sur l’objectivité de la CNEI, l’Etat doit faire en sorte que la composition et les actions de celle-ci ne soient pas discutables. Dans le contexte actuel, rien n’est plus important pour le Congo que de projeter de lui l’image d’une nation respectueuse du droit et de la liberté.

 

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 27/2/2021 | Cela bouge
▶ 26/2/2021 | Osez rêver !
▶ 25/2/2021 | Bon sens
▶ 24/2/2021 | Arguments
▶ 23/2/2021 | Rassurant !
▶ 22/2/2021 | Départ
▶ 21/2/2021 | Bons gestes
▶ 18/2/2021 | Alerte
▶ 17/2/2021 | Quinquennat
▶ 16/2/2021 | Saluons