Opinion

  • Éditorial

Récession

Jeudi 29 Juillet 2021 - 19:45

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Bannissant toute langue de bois qu’en diverses circonstances, les autorités publiques peuvent avoir recours pour chercher à évacuer certaines questions délicates, le gouvernement, en son conseil des ministres du mercredi 28 juillet, a plutôt choisi la pédagogie de l’explication détaillée. Pour dire aux Congolais et aux partenaires du Congo que la situation économico-financière actuelle, ajoutée à la crise sanitaire de Covid-19 n’est guère reluisante. Le détail, revenons-y, est presque blessant, si on ose dire, parce que fortement étayé.

Chiffres à l’appui, l’exposé du ministre des Finances, du Budget et du Portefeuille public portant sur la loi de finances rectificative de cette année 2021 permet à quiconque le consulte de se rendre compte de l’ampleur de la récession. Il n’est que de songer à la pléiade de restrictions induites par les difficultés du pays à récolter le moindre sou à hauteur des prévisions. Dans quasiment tous les secteurs de la vie économique nationale, les recettes attendues sont en baisse donnant lieu à des réajustements conséquents.

De cette cure d’austérité, l’on pourrait se satisfaire de la barre de vigilance maintenue à bon niveau dans l’observation des mouvements des capitaux. Le domaine de la finance, on le sait, n’est pas exempt de présupposés de dilapidation, mais on perçoit une volonté de présenter les choses telles qu’elles doivent l’être de façon à ne pas céder au tripatouillage des mécanismes de recouvrement et d’affectation des sommes à mobiliser. Pour ce qui est des recettes budgétaires, des dépenses, des soldes et des hypothèses des dépenses, le compte-rendu livré à l’issue de la réunion ministérielle est de nature à fixer l’opinion nationale et internationale sur les efforts qui sont entrepris pour stabiliser la caisse publique.

Dès lors qu’il se déclare déterminé, malgré la récession, à assurer aux agents de l’Etat leur gagne-pain, aux retraités et aux étudiants ce qui leur revient tout en poursuivant le traitement du service de la dette, les investissements dans les domaines à fort impact social que sont la santé, l’éduction, la lutte contre la pauvreté, l’approvisionnement en eau et en électricité, le gouvernement peut, à juste titre, s’attendre à ce que son engagement de transparence produise à terme des effets positifs au double plan intérieur et extérieur. Il s’agit de maintenir le cap !

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 23/10/2021 | Consommation
▶ 21/10/2021 | Alarme
▶ 20/10/2021 | COP26: message du Congo
▶ 19/10/2021 | Sécurité
▶ 18/10/2021 | Vulnérabilité
▶ 16/10/2021 | "Coup de poing"
▶ 14/10/2021 | Union
▶ 13/10/2021 | Fairplay, vraiment?
▶ 13/10/2021 | Exemple
▶ 11/10/2021 | Retour