Opinion

  • Éditorial

Remise en ordre

Lundi 19 Juillet 2021 - 19:32

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Le regard attentif que nous portons quotidiennement sur l’actualité de notre pays confirme que la volonté affirmée des plus hautes autorités de l’Etat, à savoir le président de la République et le Premier ministre, de remettre en ordre la gouvernance publique se traduit dès à présent en actions concrètes. Et que, par conséquent, l’engagement pris par le Congo vis-à-vis de ses partenaires étrangers et des institutions internationales se traduira par une forte réduction de la dette publique, par une meilleure gestion des administrations, par un renforcement des services publics. Bref, par une réponse claire aux attentes que la société civile a exprimées tout au long de la campagne pour l’élection présidentielle.

 

Dans ce contexte très positif il est important, essentiel même, que les élus du peuple congolais – sénateurs, députés, conseillers départementaux et municipaux – assument pleinement, pour leur part, la tâche que leur ont confié les citoyens lors des différents scrutins : à savoir la collecte précise de ces attentes et leur remontée vers le pouvoir exécutif dont la mission principale est de bien gérer les affaires de l’Etat. Cette tâche est d’autant plus importante aujourd’hui, pour eux comme pour la société congolaise, que l’année 2022 sera marquée de grands scrutins nationaux et locaux qui permettront aux citoyennes et aux citoyens d’exprimer à nouveau leur satisfaction ou leur déception.

 

Comme le chef du gouvernement, Anatole Collinet Makosso, l’a dit à plusieurs reprises depuis sa prise de fonctions il y a quatre mois, la veille civile, autrement dit l’observation de ce que l’Etat et ses administrations entreprennent pour améliorer la gouvernance publique est un devoir civique que chaque élu doit assumer. Un devoir d’autant plus important que les observateurs extérieurs de la scène congolaise en tireront sans tarder les conclusions qui elles-mêmes, si elles sont positives, accélèreront le processus d’appuis publics et privé internationaux dont notre pays tirera de grands et très réels avantages.

 

Chacun de nous, quelle que soit la place qu’il occupe au sein de la société congolaise  doit avoir conscience que la partie qui se joue aujourd’hui sera décisive. Et que, de ce fait, jamais la mobilisation de la société civile au côté de l’Etat dans la remise en ordre de la gouvernance publique n’a été aussi essentielle.

 

 

 

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 24/7/2021 | Hommages
▶ 23/7/2021 | Ponctualité
▶ 22/7/2021 | Racisme !
▶ 21/7/2021 | Tassement
▶ 20/7/2021 | Aménagement
▶ 19/7/2021 | Remise en ordre
▶ 17/7/2021 | Dette intérieure
▶ 15/7/2021 | Civisme
▶ 14/7/2021 | Ecouter le Congo
▶ 13/7/2021 | Succession